Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










L. S.

DE TALLEYRAND

AU CITOYEN DEVOIZE,

CONSUL DE FRANCE

A TUNIS,

LE 2 AOUT 1815



Paris, le 2 août 1815.

Les circonstances fâcheuses qui vous ont empêché, au mois de mars dernier, de partir pour votre destination ne rendent que plus nécessaire votre présence à Tunis. Il importe d’effacer promptement les impressions défavorables que cet événement a pu y produire. Je sais que le sieur Dubois Thainville, qui n’a pu être reçu à Alger comme l’agent de Bonaparte, s’est réfugié à Tunis, et qu’abusant de la facilité du gouvernement de ce pays, étranger aux règles et aux principes qui régissent les puissances civilisées, il y a fait arborer un pavillon autre que celui du Roi. On doit considérer la démarche du sieur Dubois Thainville comme un acte irrégulier, fait sans la participation d’aucune autorité légitime, et l’assentiment donné par le Bey à cette entreprise comme lui ayant été par un faux exposé et ne devant par conséquent produire aucun effet. Vous vous bornerez donc, Monsieur, après vous être expliqué avec le Bey, à faire reparaitre le pavillon du Roi, en vous abstenant des cérémonies et démonstrations publiques qui accompagnent l’érection d’un nouveau pavillon, celui du Roi n’ayant pas dû cesser d’être arboré à Tunis. Vous aurez en même temps à M. Dubois Thanville qu’il doit quitter immédiatement cette résidence et se rendre en France.

La connaissance parfaite que vous avez des affaires de votre Echelle me dispense de vous donner de nouvelles directions. Je vous recommande toutefois de pourvoir à ce que les dissemblances et les irrégularités apparentes qui pourront se trouver dans les passeports de nos bâtiments marchands ne puissent servir de prétexte à ce que ces bâtiments soient arrêtés ou molestés par les armements tunisiens. Il faut faire bien comprendre au Bey que, dans l’état de trouble où s’est trouvé momentanément le midi de la France, il a dû nécessairement s’introduire des irrégularités dans les expéditions de nos bâtiments. Tous les bâtiments français doivent être indistinctement respectés.

J’ai l’honneur de vous saluer.

Ch. Mau. Talleyrand.




******************************************


CORRESPONDANCE DES BEYS DE TUNIS AVEC LA COUR DE FRANCE 1579-1833 TOME III - EUGENE PLANTET - PARIS - F. ALCAN - 1899









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement