Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










L. S.

DE TALLEYRAND

AU CITOYEN DEVOIZE,

CONSUL DE FRANCE

A TUNIS,

LE 9 PLUVIOSE AN VII

[28 JANVIER 1799]



Paris, le 9 pluviôse an VII [28 janvier 1799]

Citoyen,

Vous m’informez de l’inutilité des recherches que vous avez faites relativement à la réclamation que je vous ai adressée d’effets appartenant au citoyen Joseph Bonaparte, lesquels se trouvaient sur une barque génoise qui a été prise par un corsaire barbaresque. Malgré les difficultés que présente la découverte de ces effets et le peu d’espoir qui vous reste de réussir, je ne suis pas moins gré de l’intention où vous êtes de continuer vos perquisitions à cet égard.

Vos observations sur les abus qui résultent de l’uniformité du pavillon des Barbaresques, surtout en cas de guerre avec l’une des Régences, m’ont paru fort justes, et je sens que la distinction de leur pavillon serait le meilleur moyen de prévenir ces abus. Mais le moment ne me parait pas propre à entamer une pareille négociation et, quelque utile qu’elle puisse être, il ne conviendra de s’en occuper que lorsque les circonstances permettront de le faire avec succès.

Quant à la liste que lui a fait passer le vice-consul Romby, de Saint-Pierre, de près de cent personnes réfugiées dans sa maison d’où elles ont été arrachées par les tunisiens, je ne pense pas que cette circonstance vous mette dans le cas d’exiger leur affranchissement. Le citoyen Romby n’est effectivement qu’un simple agent du consul de Cagliari, ni salarié ni commissionné par la République, et sous ce rapport, la maison qu’il habite ne peut assurer la franchise aux personnes qui y ont cherché asile, cette prérogative ne devant être réservée qu’aux seuls agents nommés directement par le gouvernement.

Salut et fraternité.

Ch. Mau. Talleyrand.




******************************************


CORRESPONDANCE DES BEYS DE TUNIS AVEC LA COUR DE FRANCE 1579-1833 TOME III - EUGENE PLANTET - PARIS - F. ALCAN - 1899









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement