Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










L. S.

DE TALLEYRAND

AU CITOYEN DEVOIZE,

CONSUL DE FRANCE

A TUNIS,

LE 9 VENTOSE AN VI

[27 FEVRIER 1798]



Paris, le 9 ventôse an VI [27 février 1798]

Citoyen,

Je n’ai pas été étonné du peu d’impression qu’a produit sur l’esprit du Bey la lettre que lui a fait remettre la Municipalité provisoire de Venise ; elle aurait dû effectivement la rédiger dans un meilleur sens et s’y étayer de l’appui et de la médiation de l’agent de la République française ; mais je n’ai rien à vous dire de plus sur cette démarche, parce qu’elle nous est devenue étrangère d’après les dispositions du traité de paix conclu à Campo-Formio entre la République et l’Empereur. J’en joins ici un exemplaire imprimé pour votre instruction.

Quant à l’incertitude dans laquelle vous avez été relativement à la portion de territoire acquise à la République par ce traité, je pense que la notification officielle que vous avez dû faire au Bey suffira désormais pour prévenir toute espèce de difficulté de sa part sur ce qui regarde les habitants de nos nouvelles colonies du Levant.

J’ai appris avec plaisir que vous étiez parvenu à briser les fers de 13 corses, tous pris, à différentes époques, sur des bâtiments ennemis de la Régence. Il était bon de faire valoir dans vos démarches auprès du Bey l’acte de générosité et d’humanité envers 8 de ses sujets qui lui ont été renvoyés d’Italie par le général Bonaparte. C’était le meilleur moyen à employer pour obtenir dans cette réclamation un succès depuis si longtemps désiré et dont je vous suis beaucoup gré.

Je n’ai pas été moins satisfait d’apprendre la mise en liberté de l’équipage et des passagers du brigantin vénitien Les Gracieuses Jumelles, formant au total 30 personnes. Les détails circonstanciés que vous m’avez transmis sur cette affaire, que vous avez suivie de concert avec le commandant des deux frégates, venues pour cet effet de Corfou, me prouvent que vous avez déployé dans sa négociation tout le zèle et la chaleur qu’elle exigeait. J’approuve entièrement la conduite que vous avez tenue dans cette circonstance difficile, et elle mérite d’autant plus d’éloges que le succès complet que vous avez obtenu ne peut que produire le meilleur effet aux yeux des habitants de nos nouvelles colonies du Levant.

J’ai été également satisfait de la décision par laquelle il a été convenu que les commerçants de ces îles ne payeront à l’avenir, à l’instar des français, que 3% de douane au lieu de 5% qu’ils payaient auparavant. Ne négligez rien pour les maintenir dans la jouissance des privilèges qu’ils ont acquis par leur réunion à la République.

Salut et fraternité.

Ch. Mau. Talleyrand.




******************************************


CORRESPONDANCE DES BEYS DE TUNIS AVEC LA COUR DE FRANCE 1579-1833 TOME III - EUGENE PLANTET - PARIS - F. ALCAN - 1899









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement