Optimisé pour
Espace de téléchargement







CADN 22PO/1/37




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DE DUBOIS THAINVILLE

A

TALLEYRAND

DU 20 NOVEMBRE 1806

SUR LA RECRUDESCENCE DES ACTES

DE PIRATERIE A ALGER



N° 244

Primata, voie de Bône, le 20 novembre

Duplicata, voie d’Oran, idem

Triplicata, voie idem le 25 novembre

Quatriplicata, accompagnant la dépêche au ministre du 4 décembre N° 249.

20 novembre 1806

Monseigneur, le système, dévoilé dans mes dernières dépêches, de réactiver la course, et de ne respecter aucune des puissances d’Italie, même celles antérieurement reconnues, n’est plus douteux aujourd’hui. Un corsaire vient de rentrer, et c’est le fameux Ali-Tatur qui le commandait, le même Raïs dont Sa Majesté avait demandé la tête il y a cinq ans, et auquel elle pardonna si généreusement. Il a conduit ici quatre prises. La première est un bâtiment génois, muni de tous les papiers exigés par les lois ; le second est un navire corse, ayant également toutes les expéditions en règle ; le troisième, un étrurien ayant passeport français pour porter des bois de construction de Livourne à Toulon ; le quatrième, un romain, employé au service de l’armée française, porteur d’un passeport du consul de Civitavecchia, en tout trente-neuf hommes. Tout a été condamné, hommes, bâtiments et cargaison.

Sur mes très vives réclamations, le Dey a répondu qu’il ne respecterait ni génois, ni italiens, ni vénitiens, ni napolitains, qu’il considérait comme ennemis, et je réclamais, c’étaient des caprarais et des sardes, auxquels l’Empereur de France avait donné des passeports en contravention aux traités.

Immédiatement après les fêtes du Beïram, qui auront lieu dans 25 ou 26 jours, plusieurs corsaires doivent sortir. Faute d’occasion, j’expédie précipitamment cette lettre par 4 voies de Bône et d’Oran afin que Votre Altesse Sérénissime puisse faire donner les avis et prendre les mesures nécessaires. L’insolence d’Alger, soutenue par les anglais, qui ont fait distribuer de riches présents par leur nouvel agent, est poussée à un degré difficile à imaginer, et, quand vous recevrez cette dépêche, il est possible, probable même que je sois chargé de chaînes. J’opposerai à l’orage tout le calme et le courage nécessaire. J’ai à rendre à Votre Altesse Sérénissime des comptes de la plus grande importance, que j’aurais l’honneur de lui adresser par la première occasion directe qui se présentera ; mais je redoute qu’un ordre du prince ne ferme le port pour longtemps.

Daignez….

Dubois Thainville.




******************************************









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement