Optimisé pour
Espace de téléchargement







CADN 22PO/1/33




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DE DUBOIS THAINVILLE

A

TALLEYRAND

DU 8 FRUCTIDOR AN VIII

[26 AOUT 1800]

SUR LA LIBERATION EFFECTIVE

DES MILITAIRES CORFIOTTES



N°45

Alger, le 8 fructidor an 8 de la République [26 août 1800].

Citoyen Ministre,

Les militaires et marins de Corfou s’embarqueront sous peu de jours pour Marseille sur le bâtiment ragusais le Saint Joseph. Je suis convenu avec le capitaine Michel Maggi d’un nolis de 1300 piastres fortes ; j’écris au ministre de la Marine, en lui envoyant le contrat d’affrètement, et je le prie de faire acquitter avec exactitude cette dette sacrée. Veuillez bien appuyer mes instances à cet égard.

Six de ces militaires sont employés en qualité de menuisier à la maison de campagne du Dey ; il m’a fait prier de les lui laisser encore 2 ou 3 mois pour terminer les ouvrages, en m’assurant qu’ils seraient traités en homme libre et généreusement récompensés à leur départ ; j’ai répondu que ces hommes ne m’appartenaient pas et que, selon mes lois, je n’avais pas le droit de retenir des citoyens, qui désiraient retourner dans leur pays ; on a insisté de nouveau, en m’observant que c’était une grâce que le Dey me demandait. J’ai saisi, et vous calculerez, citoyen Ministre, le danger d’un refus qui, en indisposant le Dey, pouvait apporter des obstacles au départ des hommes qu’on voulait retenir à Alger jusqu’à la paix définitive. Les 17 marins, formant l’équipage du bâtiment russe, m’ont été rendus avec les français ; ils m’ont témoigné le désir de retourner directement dans leurs pays ; j’ai cru devoir les y autoriser.

Voici l’état de ces infortunés.

185 officiers, sous-officiers et soldats de différents corps ;

6 restés à la maison de campagne du Dey ;

27 officiers de marine et matelots ;

11 femmes ;

4 enfants ;

4 militaires tous morts au maquis ;

1 marin idem ;

17 marins corfiottes, formant l’équipage du bâtiment parlementaire russe.

Pour un total de 255.

Ces malheureux ont été entièrement dépouillés en arrivant ici ; ils m’ont remis un état de leurs pertes, qui a été déposé à la chancellerie de ce commissariat. J’en envoie le double aux ministres de la Guerre et de la Marine, avec les actes mortuaires des 5 qui ont péri durant leur esclavage.

Le gouvernement français exigera sans doute de Busnach et des turcs qui ont dû garantir la capitulation de Corfou, la juste indemnité pour la perte éprouvée par les militaires et les dépenses qu’ils ont occasionnées pendant leur esclavage. Je vais m’occuper de l’état général de dépense que je vous adresserai le plus tôt possible.

Salut et respect.

Dubois Thainville.




******************************************









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement