Optimisé pour
Espace de téléchargement







CADN 22PO/1/37




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DE DUBOIS THAINVILLE

A

TALLEYRAND

DU 23 AOUT 1806

SUR LE SORT

DU PERE PHILIBERT



N° 239

23 août 1806.

Monseigneur, le brick-courrier d’Espagne a été retenu par le départ de deux corsaires sortis avant-hier. Le port devait être fermé 10 à 12 jours ; j’apprends qu’il est ouvert pour le courrier, qui mettra à la voile sous quelques heures. On ne me laisse qu’un moment, que je saisis avec empressement, pour avoir l’honneur de vous écrire.

Hier soir, j’ai reçu une lettre très détaillée de M. Léon, agent français à Bône ; j’en joins ici l’extrait. Votre Excellence se convaincra que j’avais prévu les nouvelles pirateries auxquelles le retour de l’agent anglais Escudero à Bône devait donner lieu. Plus de doute qu’il ne soit lié ici et dans la province de Constantine avec tous les misérables intrigants qui se flattent publiquement d’abaisser ici la France. Le prince est trompé sans doute ; mais la puissance de ceux qui le subjuguent augmente journellement.

Le père Philibert, capucin, qui m’est recommandé par plusieurs lettres de Son Excellence le cardinal Fesch et par Votre Excellence, avait été placé dans ma maison sur ma responsabilité. J’ai eu l’honneur de vous mander, par ma dépêche du 1er de ce mois, N° 236, que j’avais inutilement produit les papiers qui prouvent sa nationalité. Hier des sbires se présentèrent chez moi pour le réclamer de la part du Dey. Cet intéressant religieux avait, depuis quelques jours, une fièvre très violente : je refusai de le livrer, en exposant l’état dans lequel il se trouvait. Ce matin les sbires l’ont arraché de son lit dans ma maison, et l’ont conduit à la marine, où il a été chargé de 70 [ ?] chaînes.

Il est 4 heures du soir ; mon drogman arrive à ma maison de campagne où je me trouve. Il me signifie de la part du Dey que ce prince exige impérativement les présents d’usage. Demain, à la pointe du jour, je serai en ville ; je signifierai les derniers ordres que Votre Excellence m’a donnés à cet égard. J’expédie précipitamment cette lettre.

Daignez…

P. S. – Il parait que la guerre est décidément déclarée entre cette Régence et celle de Tunis. Cette nuit un corsaire tunisien, saisi à Oran, a été conduit en ce port.

Dubois Thainville.




******************************************









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement