Optimisé pour
Espace de téléchargement







CADN 22PO/1/36




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DE DUBOIS THAINVILLE

A

TALLEYRAND

EN DATE DU

11 MESSIDOR AN XIII

[30 JUIN 1805]

SUR L'ASSASSINAT DU CHEF DES JUIFS

NAFTALE BUSNACH



N° 199

11 messidor an XIII [30 juin 1805] 10 heures du soir

Monseigneur,

Au milieu des horreurs où je me trouve, je ne puis écrire que très peu de mots à Votre Excellence.

Les annales d’Alger ne présentent aucun exemple d’une influence aussi grande que celle dont jouissait auprès du prince le juif Neftalé Busnach. Elle était trop contraire aux principes politiques et religieux des algériens pour qu’elle pût subsister longtemps : le 9 de ce mois [28 juin], Busnach a été assassiné dans la rue de Bab-Azoun. Le soldat de la milice qui l’a tué d’un coup de pistolet a été regardé comme le libérateur du pays : tous ses camarades et un grand nombre de maures ont été lui baiser les mains dans sa caserne, où il s’est paisiblement retiré. Dans la soirée, le Dey a pardonné à l’assassin, en lui envoyant son chapelet, suivant l’usage.

Hier matin, les soldats de la milice se sont répandus dans la ville, et ont massacré tous les malheureux juifs qui se sont trouvés sur leur passage. Ils ont ensuite enfoncé leurs boutiques et leurs maisons ; le pillage est devenu général, et les plus grandes cruautés se sont commises dans ce sac affreux, donné au milieu des cris de joie d’un peuple immense, répandu dans les rues et sur les terrasses. On ignore le nombre des personnes qui ont péri : les cadavres n’ont pas encore été tirés des maisons ; ceux seulement qu’on a trouvés dans les rues ont été trainés sur la place de Bab-el-Oued, où ils ont été brûlés.

Les richesses qui ont été enlevées aux juifs sont immenses. Plus de 200 de ces malheureux se sont réfugiés dans ma maison où le pavillon de Sa Majesté les a sauvés.

Aujourd’hui, à quelques alarmes près, nous avons été assez tranquilles.

La milice demande qu’il ne reste ici de juifs que ceux qui exercent les arts mécaniques. La Régence, dit-on, a donné l’ordre d’embarquer un grand nombre de familles.

Daignez….

Dubois Thainville.




******************************************









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement