Optimisé pour
Espace de téléchargement







CADN 22PO/1/36




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DE DUBOIS THAINVILLE

A

TALLEYRAND

EN DATE DU

12 BRUMAIRE AN XIV

[3 NOVEMBRE 1805]

SUR LA SITUATION DU REVEREND PERE JOUFROY



N° 212

12 brumaire an XIV [3 novembre 1805]

Monseigneur,

Le R. P. Joufroy, un des trois prêtres de l’hospice français rétabli à Alger depuis 1646, réclame de S. M. I. et R. les moyens de pouvoir continuer le ministère qu’il exerce auprès des esclaves. J’ignore si, comme l’assure le père Joufroy, l’intention du gouvernement est de rétablir les missions ; mais, quelle que soit la détermination qui doit être adoptée à cet égard, Votre Excellence jugera sans doute que la situation de ce vénérable ecclésiastique est digne de toute sa sollicitude.

Il y a 26 ans que le R. P. Joufroy est à Alger ; il a épuisé sa fortune et sa santé en secourant les esclaves ; il a toujours vécu au milieu d’eux ; il n’a cessé de leur prodiguer les secours temporels et spirituels dans les temps les plus calamiteux, et particulièrement dans tous les moments où la peste a ravagé ces contrées ; il a été lui-même attaqué trois fois de cette cruelle maladie.

Lors de la déclaration de guerre de l’an 9 [1800-1801], les trois missionnaires français se retirèrent avec moi, et rentrèrent en France. Aussitôt que le père Joufroy eut connaissance du traité de paix que je conclus au commencement de l’an 10 [1801], ce pasteur vraiment philanthrope vendit ce qui lui restait de son patrimoine, montant à 18 000 francs, et s’empressa de reprendre ses fonctions à Alger. Il est, depuis cette époque, enfermé dans les bagnes avec les esclaves ; quelques instances que je lui ai faites pour lui faire accepter ma table et un logement dans ma maison, il m’a été impossible de l’y déterminer, parce que, dit-il, il ne pourrait prodiguer aux malheureux les soins qu’il leur doit nuit et jour.

Le père Joufroy, aidé de quelques aumônes offertes par les esclaves des maisons des Grands a pu, jusqu’à ce jour, remplir l’objet le plus cher à son cœur ; mais les fonds de son patrimoine sont épuisés, et il a eu recours à moi pour m’engager à seconder ses vues bienfaisantes. J’ai l’honneur d’envoyer à Votre Excellence copie de la lettre qu’il m’a adressée le 20 fructidor [7 septembre] dernier, à laquelle est joint l’état des rentes dont l’hospice jouissait autrefois. Je la supplie de vouloir bien me répondre à cet égard le plus tôt possible.

Daignez…

Dubois Thainville.




******************************************









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement