Optimisé pour
Espace de téléchargement








CADN 22PO/1/37




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DE DUBOIS THAINVILLE

A

TALLEYRAND

EN DATE DU

20 FEVRIER 1806

SUR LES PROBLEMES POSES PAR LA DEFENSE

DES NAVIGATEURS DEPENDANT DE L'EMPIRE



N° 223

Alger, le 20 février 1806.

Le père Philibert, capucin, né, ainsi qu’il le dépose, à Liva, département de Montenotte, s’était embarqué à Lisbonne, sur le bâtiment portugais nommé O Anjo do Senhor pour se rendre à Pondichéry. Ce bâtiment a été pris dans l’océan par un corsaire algérien. L’équipage a été conduit ici et jeté dans les bagnes. Je joins ici copie des deux lettres que le père Philibert m’a adressées. Malheureusement il n’est porteur d’aucuns papiers ou passeports français, et la Régence, malgré mes vives réclamations, persiste à le regarder comme portugais. Je vous supplie, Monseigneur, de vouloir bien me faire adresser le plus tôt possible les certificats qui constatent l’état du père Philibert afin que je puisse le faire mettre en liberté.

J’ai eu l’honneur de rendre compte à Votre Excellence par ma lettre du 3 nivôse N° 218 de deux prises faites par un corsaire algérien, l’une d’un pinque génois dont l’équipage s’était sauvé à terre, et où il n’était resté que le nommé Ange Bonorino, frère du capitaine et l’autre d’un bâtiment napolitain nommé le Saint-Esprit, capitaine Vincent de Palma, qui dépose être employé par le gouvernement pour le transport des bois de construction à l’arsenal de Toulon, et avoir reçu, pour cet effet, il y a 3 ans, un passeport du gouvernement des mains du commissaire général de France à Livourne.

Ange Bonorino m’a été rendu ; mais son bâtiment, chargé de 55 bottes de vin, qui m’a été également restitué, a échoué dans les parages de Bizerte. Le Dey a ordonné à son Vékil à Tunis tout ce qu’il retirera du sauvetage au chargé d’affaires de France, et a pris l’engagement d’ailleurs d’indemniser entièrement le capitaine. La Régence s’est bien conduite dans cette affaire, qui pouvait occasionner des difficultés, puisque le capitaine, en fuyant, avait emporté tous ses papiers de bord.

Je n’ai pas été aussi heureux dans la réclamation du capitaine napolitain. Le 3 de ce mois, le Dey convoqua à la marine un divan où je fus invité à me rendre. J’exposai, ainsi que le porte la déclaration du capitaine, que j’ai eu l’honneur de vous transmettre, que le Raïs, au mépris de toutes les lois de la guerre avait canonné le bâtiment avec le pavillon anglais ; qu’il l’avait saisi dans nos eaux, et même dans les limites fixées par les traités, et qu’il avait déchiré le passeport français dont il était porteur. Le Raïs répondit, avec beaucoup d’emportement, que tous ces faits étaient faux ; que le bâtiment n’avait pas été pris à trois mais à vingt-un miles des terres, et qu’il n’avait que des expéditions napolitaines. Après de longues explications, le Raïs et plusieurs officiers de l’équipage, qui furent appelés, firent serment sur le coran que le compte qu’ils rendaient était exact.

Je ne dois point dissimuler à Votre Excellence qu’il sera toujours extrêmement difficile de faire respecter ici les passeports délivrés aux ennemis de la Régence. Le texte de tous les traités, qu’on n’a pas manqué de représenter, est malheureusement précis à cet égard. J’en remettrai ci-après, sous vos yeux, les articles ajoutés en 1790. Mais, comme je l’ai observé, ils ne sont point applicables au cas du capitaine Palma : le passeport qu’il a reçu n’a point été délivré pour favoriser la navigation et le commerce napolitains : c’est un bâtiment que l’état emploie à son service, et la Régence, non seulement délivre tous les jours des passeports semblables, mais favorise une infinité de spéculations mercantiles en fournissant des Raïs et son pavillon.

Je supplie Votre Excellence de vouloir bien me faire adresser le double du passeport du capitaine Palma si véritablement il a été délivré et de me transmettre des instructions sur cette affaire.

Daignez….

Dubois Thainville.




******************************************









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement