Optimisé pour
Espace de téléchargement







CADN 22PO/1/33




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DE DUBOIS THAINVILLE

A

TALLEYRAND

SUR DIFFERENTS SUJETS SUITE A LA PAIX

DU 8 VENDEMIAIRE AN IX [30 SEPTEMBRE 1800]

EN DATE DU

12 FRIMAIRE AN IX

[3 DECEMBRE 1800]



N° 62

Alger, le 12 frimaire an IX [3 décembre 1800].

Au citoyen Talleyrand, ministre des Relations extérieures.

Citoyen ministre,

Le brick courrier porteur de mes dernières dépêches a mis à la voile le 6. Les mauvais temps l’ont forcé à rentrer. Nous ignorons quand il peut se remettre à la mer.

Les papiers de ce commissariat étaient dans un tel désordre, que 5 jours ont à peine suffi pour les reconnaitre ; je les ai rassemblés par année depuis 1772 jusqu’au premier vendémiaire dernier. La correspondance éprouve beaucoup de lacunes.

J’ai retrouvé la déclaration des ex-lazaristes produites pendant l’exercice du citoyen Jean Bon Saint André. Je l’ai faite enregistrer en chancellerie ; vous la trouverez ci-jointe.

L’amiral Keith, par deux lettres, demande que la Régence reconnaisse les maltais comme sujets de Sa Majesté Britannique. Le Dey persiste à déclarer qu’il les regarde comme des esclaves et qu’il ne les respectera pas même sous le pavillon anglais.

L’impudence de quelques-uns de nos corsaires a donné lieu ces jours-ci à quelques plaintes. J’ai sur la réclamation du Dey fourni à différents reïs qui sont sortis d’Alger la simple déclaration que la République n’était plus en guerre avec la Régence, et que la paix avait été conclue le 8 vendémiaire. Cette déclaration a été présentée à plusieurs commandants de nos corsaires, qui l’ont méconnue au point de nous compromettre essentiellement. Mes explications ont tout calmé. Je vous prie, citoyen Ministre, de faire donner dans tous les ports les ordres les plus précis de respecter le pavillon algérien. De nouvelles insultes pourraient me donner beaucoup d’embarras. On se plaint surtout des armements corses.

Ma position toujours bonne : une marche uniforme et calme, également éloignée de la faiblesse, qui aurait l’audace de ces gens-ci, et d’une hardiesse présomptueuse, inquiète et trop exigeante, qui est en dessous du dépositaire de la confiance d’un gouvernement puissant. Telles sont les règles invariables de ma conduite.

Salut et respect.

P. S. le Bey d’Oran a été saisi ainsi que je vous le marquais par ma dernière lettre.

Le capitaine et tout l’équipage d’un bâtiment anglais, qui ont voulu favoriser son évasion, ont été mis à la chaîne.

Dubois Thainville.




******************************************









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement