Optimisé pour
Espace de téléchargement







CADN 22PO/1/38




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DE DUBOIS THAINVILLE

A

TALLEYRAND

DU 7 FRIMAIRE AN VII

[27 NOVEMBRE 1798]

SUR SA SITUATION FINANCIERE



N° 8 bis

Gênes, le 7 frimaire an VII [27 novembre 1798] de la République française, une et indivisible.

Bureau des fonds.

Le chargé d’affaires et Consul général de la République française à Alger.

Au Citoyen Talleyrand, ministre des Relations extérieures.

Citoyen Ministre,

Quelques dépenses nécessaires pour mon établissement à Alger, les frais d’uniforme, de route et de séjour à Gênes, ont extrêmement réduit la somme que vous m’avez fait remettre. Obligé pour me rendre à Ancône, d’entreprendre par terre une route longue et dispendieuse, d’acheter pour cet effet une voiture,, ayant renvoyé la mienne à Marseille, présumant d’ailleurs que je ne pourrai, dans les circonstances, obtenir un passage qu’à force d’argent, j’ai du craindre que les fonds qui me restent ne pussent pas suffire à mes besoins. Le citoyen Clary, avec l’autorisation du consul Belleville auquel j’ai du m’adresser, m’a prêté une somme de 5 000 francs, pour laquelle je lui ai fourni sur vous une lettre de change à 5 jours de vue. J’espère, Citoyen Ministre, que vous voudrez bien donner des ordres, pour que cette somme soit acquittée, à la charge pour moi de rendre compte de l’emploi.

Il est une idée, je vous l’avouerai, Citoyen Ministre, qui m’afflige beaucoup en quittant la France, c’est celle d’y laisser ma femme et mes enfants, sans l’assurance que vous avez pourvue à leur subsistance. Le traitement du citoyen Moltedo, ne devant présumablement cesser qu’à l’instant où je le remplacerai à Alger, le mien sans doute ne devra commencer qu’à cette époque, mais vous m’aviez promis de m’en assigner un pour le temps que doit durer la mission d’Egypte, et mon chargé de pouvoirs me mande que vous n’avez encore déterminé rien à cet égard. Je rappelle avec confiance à votre souvenir les promesses que vous avez bien voulu me faire. Les pertes que j’ai éprouvées dans l’incendie de Smyrne, les malheurs dont ma famille est en ce moment victime en Turquie, l’insuffisant traitement de 6 000 francs dont j’ai joui pendant une mission pénible de 3 ans et demie en Levant, m’a donné des droits à votre justice. J’ose espérer, Citoyen Ministre, que vous voudrez bien me faire une réponse sur cet objet, que je pourrais peut-être recevoir à Ancône si elle m’était expédiée sur le champ.

Salut et respect.

Dubois Thainville.




******************************************









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement