Optimisé pour
Espace de téléchargement







scans Berryhillsturgeon. Reproduction interdite. Collection Philippe Maillard




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










Lord St Helens. Source Wikipedia







L.A. S. DE LORD ST HELENS

A LA PRINCESSE DE TALLEYRAND

EN DATE DU

11 FEVRIER 1820







Très chère et très adorable Princesse, vous aurez senti sans doute et joui d’avance de la surprise infinie, et infiniment agréable, que j’ai dû éprouver en recevant votre aimable lettre peu d’heures après le départ de la mienne. Et quelle lettre encore! C’est comme si en devinant mes désirs au plus juste, et à point nommé, vous aviez eu l’intention de les prévenir. Tant elle est douce, affectueuse et caressante au possible. Telle enfin qu’il me la fallut pour porter dans mon cœur la consolation et le soulagement qu’il en a effectivement éprouvé. Aussi je ne puis vous en assez remercier. Comme également de votre aimable idée de m’attirer à Paris par une offre aussi séduisante que celle d’un logement chez vous. Idée que je me plais encore à regarder comme l’effet de la sympathie. Puisque j’avais de moi-même, déjà songé à ce voyage, sans pourtant avoir osé porter mes vues à ce surcroit de tentation presqu’irrésistible. Mais sans abandonner la perspective d’en profiter un jour, je me trouve encore retenu ici par beaucoup de choses et de devoirs. Surtout envers une sœur unique et chérie, que je ne puis abandonner, attaquée comme elle l’est d’une maladie de langueur, jointe aux autres infirmités d’un âge avancé.

Votre lettre, chère Princesse, était tellement animée de l’enthousiasme de l’amitié, que vous n’avez pas songée à m’y dire un seul mot de votre santé et de vos propres affaires. Lacune que je me flatte que vous voudrez bien remplir au premier jour. Pour moi je me porte toujours passablement, et je compte d’aller bientôt m’établir dans le voisinage de Windsor, à fin d’être mieux en état d’assister à la douloureuse cérémonie de l’enterrement, qui est maintenant fixée pour le mercredi des Cendres.

Toujours à vos pieds, charmante Princesse, en vous renouvelant l’hommage de mes plus vifs et tendres respects et remerciements.

St Helens

A Londres (Grafton Street)

Ce Vendredi 11 Février 1820


*********************************************************








RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement