Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










COMPTE-RENDU

DU LIVRE :

TALLEYRAND, PRINCE DE BENEVENT

PAR

ROUXEL




En 1806, l’aventure impériale avait réussi et Bonaparte, devenu Napoléon 1er, songeait à rehausser l’éclat du trône en formant auprès de lui une aristocratie nouvelle ; il était d’ailleurs obligé de récompenser ceux qui avaient contribué à son élévation. La distribution des royaumes, des principautés, des duchés commença. Dans cette distribution, l’ancien évêque constitutionnel d’Autun, devenu ministre des Affaires étrangères de l’Empire, Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord obtint la principauté et duché de Bénévent, « pour la posséder en toute propriété et souveraineté et comme fief immédiat de l’Empire, avec transmission à ses enfants mâles, légitimes et naturels par ordre de primogéniture. »

Cette principauté donna beaucoup d’embarras à Talleyrand, ou plutôt au gouverneur qu’il chargea de l’administrer, un nommé Beer. M. de Nouvion raconte ici, d’après la correspondance du gouverneur, la lutte qu’il eut à soutenir pour conserver la principauté de son maître et lui en servir les revenus. La principauté de Bénévent se trouvant enclavée dans le royaume de Naples, le roi de Naples prétendait la considérer comme sa vassale et cherchait par tous les moyens à s’en emparer. La principauté, fief immédiat de l’Empire, réclame l’appui de l’Empereur. Sa lutte contre la royauté de Naples, qui n’a cessé qu’avec la chute du royaume et de l’empire, montre combien peu Napoléon était obéi par les roitelets qu’il avait faits. La correspondance de Beer nous démontre qu’en 1812, six ans après la prise de possession de la principauté, l’administration n’était guère mieux établie qu’au premier jour et que, malgré les volontés exprimées par Napoléon à plusieurs reprises, le gouvernement napolitain n’avait renoncé ni à l’espérance de s’annexer Bénévent, ni à son système de tracasseries à l’égard du gouvernement local. « Le gouvernement de Murat restait sourd à ces réclamations, bien qu’il ne pût ignorer qu’il allait contre les volontés de Napoléon et que Beer eût habilement lié dans ces affaires la cause de Talleyrand aux intérêts de l’empereur lui-même. »

Les gens qui s’imaginent que Napoléon exerçait un pouvoir absolu, que tout pliait sous sa main, sous son regard, sont, comme on voit, loin de compte. Rien n’est plus faible qu’un despote.

Et Talleyrand que faisait-il de et pour sa principauté ? Pour bien prouver au peuple que les rois et les princes lui sont de nécessité absolue, il n’y mit jamais les pieds, se contenta d’en toucher les revenus et de faire tous ses efforts pour les augmenter. Par quels moyens ? En développant l’agriculture, le commerce et l’industrie ? Que vous n’y êtes point : « Talleyrand cherchait à se procurer des suppléments de rentrées en mettant sur ses sujets de nouveaux impôts. » Notons aussi la naïveté de son égoïsme. Il recommande à Beer de prendre soin de sa santé. Vous allez croire que c’est par amitié pour son représentant ? « Pensez, je vous prie, lui écrit-il, combien sous tous les rapports, votre conservation m’intéresse ! »



ROUXEL






FIN



******************************************


JOURNAL DES ECONOMISTES

T. 15 - juillet-septembre 1881








RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement