Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










NOTE ADRESSEE,

LE 2 AVRIL 1833,

PAR LES PLENIPOTENTIAIRES

DE FRANCE ET DE LA GRANDE-BRETAGNE

AU PLENIPOTENTIAIRE HOLLANDAIS,

SUR

LES CONDITIONS D'EVACUATION

DU TERRITOIRE BELGE

ET DE LA SEPARATION DEFINITIVE

DE LA BELGIQUE ET DE LA HOLLANDE




Les soussignés, Ambassadeur Extraordinaire de S.M. le Roi des Français, et principal Secrétaire-d’Etat de S.M. Britannique pour les Affaires Etrangères, ont eu l’honneur de recevoir la note que S.E.M. Dedel, Envoyé Extraordinaire et Ministre PP. de S.M. le roi des Pays-Bas leur a adressée, sous la date du 23 mars, et qui était accompagnée d’un projet de convention à conclure entre la France et la Grande-Bretagne d’une part et les Pays-Bas d’autre part.

Les soussignés aiment à croire que le renouvellement de la négociation, par la mission de M. Dedel, est un témoignage du désir du gouvernement des Pays-Bas de terminer, par un arrangement satisfaisant, des débats trop longtemps prolongés ; et, ne pouvant se persuader que la proposition que S. Exc. M. Dedel vient de leur faire puisse être considérée comme donnant la mesure des dispositions pacifiques de sa cour, ils se flattent qu’il pourra obtenir des instructions plus analogues à l’état actuel des affaires et plus faites pour amener entre la Hollande et la Belgique la solution définitive des difficultés qui existent encore entre elles. Les intérêts généraux de l’Europe, ainsi que les engagements contractés par la France et la Grande-Bretagne, rendent cette solution nécessaire.

Un des objets que les gouvernements de France et d’Angleterre avaient en vue, lorsqu’en janvier dernier, et immédiatement après l’évacuation de la citadelle d’Anvers, ils proposèrent au cabinet de la Haye une convention préliminaire, était d’obtenir l’assentiment formel de la Hollande et de la Belgique à cette cessation indéfinie d’hostilités que les cinq Puissances ont plusieurs fois déclaré être déterminées à maintenir. Ce fut dans ce but que la France et la Grande-Bretagne proposèrent une réduction des armées hollandaise et belge sur le pied de paix ; la reconnaissance provisoire de la neutralité de la Belgique, neutralité qui, comme arrangement permanent, avait été approuvée par toutes les Parties y compris même S.M. le Roi des Pays-Bas ; et, enfin, un armistice qui devait durer jusqu’à la conclusion d’un traité de paix définitif entre les deux Parties consentantes.

Un tel arrangement aurait été strictement conforme à l’esprit de paix qui, pendant tout le cours des négociations, a invariablement animé les cinq Cours, et qui est si fortement exprimé dès le 31 novembre 1830, dans le protocole n° 8.

Le but des cinq Puissances, y est-il dit, est d’éteindre tout sentiment d’intimité entre les populations que divisent en ce moment « une lutte déplorable, et non d’en faire prévoir le retour. Elles jugent par conséquent plus utile de rendre l’armistice indéfini. »

Mais, par le projet de convention que son Exc. M. Dedel a été chargé de proposer, le gouvernement néerlandais refuse de respecter même provisoirement la neutralité de la Belgique, quoique cette neutralité se trouve garantie par les cinq Puissances ; et il demande en outre que la France et la Grande-Bretagne stipulent que la Hollande aurait la liberté de recommencer les hostilités contre la Belgique le 1er août prochain.

Une telle convention, loin d’être un gage et un préliminaire de paix, annoncerait et sanctionnerait même la reprise des hostilités ; elle constituerait un abandon de tous les principes qui ont dirigé la conduite des cinq Puissances, et porterait atteinte à leurs plus solennels engagements.

Mais cette convention, quoique sans réplique, n’est pas la seule que présente le projet proposé.

Par le 4ème article, les Belges seraient obligés d’évacuer les places qui se trouvent au-dedans des limites de la Belgique, telles qu’elles ont été fixées par le traité du 13 novembre 1831, tandis que les troupes néerlandaises seraient autorisées à continuer d’occuper d’autres places également comprises dans ces mêmes limites, de telle sorte que l’évacuation territoriale n’aurait lieu que d’un côté, et qu’elle serait faite par celle des deux parties à laquelle doivent définitivement appartenir les territoires qui seraient évacués.

Par l’article 5 il serait stipulé que les communications de la forteresse de Maestricht avec le Brabant septentrional d’un côté, et avec l’Allemagne de l’autre, seraient libres et sans entraves, tandis qu’il n’y aurait aucune stipulation pour maintenir libres et sans entraves les communications commerciales de la Belgique avec l’Allemagne, par cette même ville de Maestricht.

Quant à l’objet relaté dans l’article 6, les Gouvernements de France et de la Grande-Bretagne sont prêts, sur cette question, à prendre les engagements proposés par eux dans les projets de convention qu’ils ont communiqués au baron de Zuylen.

Les soussignés se persuadent que le Gouvernement des Pays-Bas reconnaîtra l’exactitude et la justesse des observations qui viennent d’être développées, et qu’il sentira la nécessité, d’envoyer à son Exc. M. Dedel des pouvoirs plus étendus.

Mais un examen attentif de l’état actuel de la négociation conduit les soussignés à remarquer combien sont réduites aujourd’hui les questions qui restent encore à résoudre entre la Hollande et la Belgique, et combien il serait facile de s’entendre sur leur solution ; en effet, les points restés en litige se bornent à peu près aux suivants :

1° Quel sera le montant du droit de tonnage à lever sur l’Escaut et dans quel lieu ce droit sera-t-il acquitté ?

2° Quels seront les arrangements pour la conservation des passes de l’Escaut et pour l’exécution du balisage de ce fleuve ?

P>Quel sera le règlement qui assurera aux bâtiments naviguant sur ce fleuve, la faculté d’opinion dans le choix des pilotes, et quel sera le montant de ce droit de pilotage ?

3° Sous quelles conditions les Belges abandonneront-ils la route ou le canal projeté à travers le Limbourg, qui leur a été promis par l’art.19 du Traité du 15 novembre ?

4° Quel mode d’arrangement sera adopté pour la liquidation du syndicat d’amortissement ?

Quelque intéressantes et quelque importantes que soient, sous plusieurs rapports, ces questions, cependant elle sont d’une nature si secondaire, en comparaison des grandes questions politiques qui ont été déjà décidées, qu’il est impossible de supposer qu’elles ne puissent être résolues à la satisfaction des deux Parties.

Le cabinet de La Haye a prouvé, par les notes qu’il a présentées, et par les projets de convention qu’il a proposés, qu’il est lui-même prêt à consentir, dans le traité définitif à l’indépendance politique de la Belgique, comme royaume séparé ; aux limites territoriales assignées à ce royaume ; à sa neutralité dans ces mêmes limites ; à la division proposée de la dette ; à l’usage pour les Belges des eaux intermédiaires et à un droit unique de tonnage sur l’Escaut, sans visites ou entraves pour la navigation. Serait-il donc possibles qu’un gouvernement aussi éclairé que celui du Roi des Pays-Bas, après s’être prononcé sur ces importantes matières, pût s’opposer au vœu déclaré de toutes les grandes Puissances, pour le rétablissement de la paix simplement parce qu’il refuse de négocier sur des questions d’un intérêt secondaire ?

Les soussignés, convaincus qu’il serait facile de s’entendre sur les points mentionnés plus haut, et que ces questions pourraient être résolues d’une manière satisfaisante pour les deux pays et telle qu’elle serait approuvée par toutes les Puissances qui ont pris part aux négociations, n’hésitent pas à inviter S. Ex. M. Dedel à demander à son Gouvernement des pouvoirs pour discuter et arranger ces points avec eux. Ils ont la confiance que s’ils pouvaient parvenir à s’entendre sur ces questions, il ne resterait aucune difficulté essentielle qui empêchât la prompte conclusion, et la signature d’un traité de paix définitif.



TALLEYRAND.

PALMERSTON.





******************************************


D'après le recueil des Traités de la France par M. Jules de Clercq édité par A. DURAND et PEDONE-LAURIEL, Editeurs - Paris - 1880









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement