Optimisé pour
Espace de téléchargement




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





NAPOLEON UNIQUE


PIECE DE PAUL REYNAL


JOUEE POUR LA PREMIERE FOIS


A PARIS LE 10 NOVEMBRE 1936


ADAPTATION D'YVAN LAMBERT - 2015





Scène 4 Acte 1 – Fouché, Talleyrand

Avec Yvan Lambert dans le rôle de Talleyrand

et

Luc Antoni dans le rôle de Fouché









Talleyrand

Eh bien, il ne pourra pas dire que je l'ai mal conseillé.

Fouché

Bonjour, mon prince.

Talleyrand

Bonjour, mon cher duc. Mais qu'avez-vous ?

Fouché

Monseigneur, on fait beaucoup de racontars, d'ignobles calomnies sur mon compte.

Talleyrand

De quoi s'agit-il, mon ami ?

Fouché

D'abord, je n'ai jamais été prêtre.

Talleyrand

« Prêtre » ! La calomnie n'est pas vraiment ignoble ! J'ai moi-même été prêtre assez longtemps.

Fouché

J'ai été simple confrère chez les Oratoriens.

Talleyrand

Je serais sans excuse de l'ignorer. J'ai été évêque.

Fouché

Je n'ai jamais été un apostat ni un défroqué ni un régicide.

Talleyrand

Il m'en a dit beaucoup plus.

Fouché

Je ne crois pas.

Talleyrand

Ne vous vantez pas !

Fouché

Je le sais bien que ma femme n'est pas belle

Talleyrand

Je vois. Il vient de vous traiter comme il y a un mois, pour l'affaire de Hollande.

Fouché

Ma chère brave femme...

Talleyrand

Et comme le 28 janvier dernier, moi-même, pour l'affaire de Murat. Il m'a insulté pendant trente minutes.

Fouché

J'envie votre indifférence imperméable.

Talleyrand

Et sans doute, il vous a dit que vous étiez un lâche, un vendu...







Fouché

Vous voyez l'homme qui a torché la Révolution.

Talleyrand

Et vous que voyez-vous ? De la merde dans un bas de soie... Un jour, il s'en repentira !

Fouché

Prince!

Talleyrand

De quoi pensez-vous que sont faits les hommes ? Et lui, de quoi nous croit-il faits ? Il ignore qu'on n'insulte pas du haut d'un trône. Une arrogance bien moindre a perdu Jules César. Vous voilà calmé ? Moi aussi. Pourquoi nous a-t-il plantés là ?

Fouché

Nous le reverrons tout à l'heure.

Talleyrand

Il a peut-être un autre avis à me demander.

Fouché

A ce propos, j'avoue que je ne comprends pas les raisons qui vous font prendre parti pour l'impératrice.

Talleyrand

Moi ?

Fouché

Tout le monde le pense et elle le dit à tout le monde.

Talleyrand

Et je laisse penser et dire tant que rien, par ailleurs, ne change. Mais ce que je souhaite uniquement, c'est de savoir ce que veut l'empereur. Quand va-t-il se décider ? Sur quel pied continuer la danse ?

Fouché

Joséphine ne vaut pas cher, croyez-moi.

Talleyrand

Pour ce que j'ai à en faire...

Fouché

C'est la plus grande putain...

Talleyrand

La plus grande ? Ne jurons pas ! Au début de la Révolution, quelle femme n'a été un peu putain ? A la fin de la royauté, quel homme n'a été un peu prêtre ? Sauf vous, bien sûr. Évidemment, vous avez porté la soutane une dizaine d'années mais il faudrait être de mauvaise foi pour vous traiter de défroqué. Ce sont des erreurs de jeunesse. Alors, pourquoi intervenir ? Tout n'arrive donc pas tout seul ? La politique, c'est le temps qui fait, aussi incertaine que lui pour la pluie ou le soleil du lendemain. Alors, il suffit de patienter, d'observer. Rien n'aura d'importance si on sait s'arranger... Voilà vingt ans qu'un jour de soleil, quelques échauffés ont pris la Bastille. Pensez-vous que si nous avions eu quinze ans de plus à l'époque et le pouvoir en mains, pensez-vous que cet incident aurait tiré à conséquence et seulement qu'il se fût produit ? Oui, j'ai eu le temps de réfléchir depuis que j'ai quitté le ministère.

Fouché

Comptez-vous y revenir bientôt ?

Talleyrand

Je ne compte pas y revenir du tout.

Fouché

Si l'empereur vous rappelait.

Talleyrand

Je ne reviendrais pas. Il m'a laissé grand-dignitaire. Il me mande parfois en consultation. Je suis placé à merveille pour attendre la fin.

Fouché

La fin de quoi ?

Talleyrand

De tout cela !

Fouché

Vous la croyez proche ?

Talleyrand

Il a passé la crête, il ne peut que redescendre...

Fouché

Vous en êtes sûr ?

Talleyrand

Oh oui, mon cher Fouché.

Fouché

Depuis combien de temps ?

Talleyrand

Environ trois ans.

Fouché

Eylau ?

Talleyrand

Oui, Eylau, où pour la première fois, il fut battu en personne. Ceux qui tendaient l'oreille perçurent le craquement... Plus il va, plus il met de monde contre lui. C'est le contraire de la politique. Il rend le succès impossible.

Fouché

Il n'a plus que des certitudes.

Talleyrand

Il a oublié ses échecs.

Fouché

Il s'exaspère pour un rien, pour le temps qu'il fait.

Talleyrand

Le jour où il partait pour l'Allemagne, en octobre 1805, il s'est jeté tout d'un coup par terre, l'écume aux lèvres, gigotant. Un quart d'heure après, il montait en voiture.

Fouché

Et deux mois après, c'était Austerlitz !

Talleyrand

Certainement. Oh ! L'empereur reste un homme immense. Il a rendu des services que l'on ne pouvait recevoir de personne d'autre.

Fouché

Qu'a-t-il tant fait ?

Talleyrand

Lorsqu'il parut, tout était détruit.

Fouché

Donc, tout ne pouvait que se reconstruire.

Talleyrand

Ses grandes fondations...

Fouché

Lesquelles ?

Talleyrand

Eh bien, la banque, les codes, l'université, la Légion d'honneur...

Fouché

La Légion d'honneur, je vous l'accorde.

Talleyrand

Je vous remercie, je l'ai déjà.

Fouché

Mais il n'entendait rien à tout le reste. Au Conseil d’État, il se bornait à présider les séances.

Talleyrand

C'était bien, c'était son vrai rôle. Un souverain a une tâche modeste. Il ne faut point de génie au pouvoir car le génie n'est pas compris immédiatement or le pouvoir ne s'exerce que dans l'immédiat. Certes Bonaparte a éteint notre incendie. Mais si le pompier couche avec la fille de la maison, ce n'est pas acceptable... C'est pourtant ce qu'il a fait avec la France en escroquant la couronne.

Fouché

Pour se faire dictateur !

Talleyrand

Dictateur ! Et à qui dicter ? A la race de Voltaire, de Pascal et de Rabelais ? Ce n'est pas sérieux. L'honneur d'un roi consiste à rester roi. Lui, il veut supplanter César. La dictature excuse tout.







Fouché

Mais rien n'excuse la dictature. Quand tous les hommes d'un grand pays mettent en commun ce qu'ils ont de grand, ils sont plus grands que le plus grand des hommes.

Talleyrand

Il est vrai qu'entre l'ambition d'un homme et la dignité d'un peuple, on doit reconnaître que c'est toujours le peuple qui est sympathique.

Fouché

Il n'existe plus de sympathie autour de Bonaparte.

Talleyrand

La France l'aime encore.

Fouché

Elle le hait.

Talleyrand

Ça ne se voit pas.

Fouché

Le régime ne repose que sur des baïonnettes.

Talleyrand

Comme la plupart des régimes.

Fouché

A mon poste, on sait ce qu'une nation pense. Je vous dis qu'on le hait !

Talleyrand

Il est vrai que par ses conquêtes, il rend la France odieuse à l'univers. On nous reproche encore celles de Louis XIV. Celles de Bonaparte, combien de temps va-t-on nous les reprocher ? De ses guerres, combien de guerres sortiront ?

Fouché

Pourquoi dit-il : « Je suis la France » ? Il abuse du nom français.

Talleyrand

Nos gens équilibrés, affables, répugnent à son ton sévère, à sa jactance d'étranger. Ils ont connu tout l'agrément de vivre. Quand chez nous le génie passait, il s'appelait Henri IV ou La Fontaine... Son genre de génie n'est pas de chez nous !

Fouché

La Corse est terre française.

Talleyrand

Oui mais la France n'est pas encore terre corse.

Fouché

Il a tellement pénétré la substance de la France qu'on ne l'en arrachera plus.

Talleyrand

Je vous disais bien qu'elle l'a adoré, qu'elle l'aime encore. Elle geint parce qu'il l'accable. S'il disparaissait, elle serait ivre de lui.

Fouché

Vous pensez qu'elle doit l'adorer de nouveau ?

Talleyrand

Certainement ! Et pourtant, elle ne redeviendra tout à fait la France que lorsqu’elle sera dessoûlée de Napoléon.

Fouché

Et vous pensez qu'elle l'aime encore ?

Talleyrand

A votre poste, on le sait mieux que moi.

Fouché

Et que le régime peut durer des années ?

Talleyrand

Gardez votre poste en attendant.

Fouché

Cela représente quelque chose d'avoir été le second d'un homme pareil.

Talleyrand

J'ai subi autant qu'un autre la fascination de cet enchanteur.

Fouché

Prince !

Talleyrand

Vous ne le connaissiez guère dans les éclatantes années du Consulat. Il avait peut-être moins de génie mais la radieuse intelligence gardait sa lucidité première...

Fouché

Et maintenant ?







Talleyrand

C'est une intelligence obscurcie par le génie...

Fouché

Monseigneur !

Talleyrand

Enfin, quelqu'un d'unique, n'est-ce pas ?

Fouché

D'unique, en effet. Il n'est pas de chez nous. D'où est-il ? Je lui ai entendu raconter que, s'il avait été victorieux devant Saint-Jean-d'Acre, il aurait poursuivi sa marche vers l'Asie. A Constantinople, il se proclamait empereur d'Orient. Nous ne l'aurions jamais revu.

Talleyrand

Il n'est d'aucun pays. Il ne ressemble à personne. Il vit parmi nous, voilà tout.

Fouché

A peine !

Talleyrand

Il est de ce temps, on ne sait pourquoi.

Fouché

Est-il de ce temps ?

Talleyrand

A peine comprend-on pourquoi il est homme. On dirait que Dieu s'occupait de fabriquer une créature nouvelle qu'il n'avait pas achevée, qu'elle gardait encore l'ancienne apparence, que Napoléon s'échappa de Dieu.

Fouché

Il n'est d'aucun temps et surtout pas du nôtre. Il ne s'adresse pas à nous. Il parle à Mahomet, à César, à Prométhée. Voilà ses amis ! Et d'ailleurs, il ne désire que les distancer.

Talleyrand

C'est en général ce que l'on fait avec ses amis ! Il est mieux qu'unique, il est seul, parcourant, mains au dos, le désert de son existence.

Fouché

Vous l'en plaignez ? Mais lui-même ne se veut, ne se conçoit que dans la totale solitude.

Talleyrand

Il y avait sa femme, son grand amour. Elle le rattachait au bon sol des hommes. S'il quitte sa femme, le malheureux s'en va de la Terre. Il n'est plus que son personnage de l'Histoire, il s'enfonce dans la légende avec son bicorne à cocarde et son manteau gris.

Fouché

Il n'est pas question qu'on lui pardonne mais comment ne pas s'émerveiller. Il a su tourner tout ce qui existe vers les lumières de sa gloire. Des millions d'êtres parlent de lui plusieurs heures chaque jour.

Talleyrand

C'est le plus grand donneur de rêves que le genre humain ait jamais connu. Par malheur, ces rêves ruissellent de sang.

Fouché

Qu'adviendra-t-il de cela, de lui, de nous, de l'avenir ?

Talleyrand

Que l'avenir et lui s'arrangent ensemble ! Quant à nous...

Fouché

Que verrons-nous, dans seulement cinq ans ?

Talleyrand

Cinq ans ? Cela fait 1814 ? Lorsqu'une catastrophe surprend... Et elle ne devrait jamais surprendre ! On tâche pourtant de composer avec elle... Mais une catastrophe à terme ne doit pas plus inquiéter si le terme est de cinq ans que s'il était de cent-cinq ans ou deux-cent-cinq ans.

Fouché

Deux-cent-cinq ans ? Cela fait 2014 ?

Talleyrand

Vous voyez... Il y a fort à parier que l'on parlera encore de lui. Vous êtes riche n'est-ce pas mon cher duc ?

Fouché

Il faut bien...

Talleyrand

Mais... très riche ?

Fouché

On l'assure.

Talleyrand

Tout à fait riche ?

Fouché

Altesse, mais vous aussi ?

Talleyrand

Mais alors tout va bien !











Avec l'aimable autorisation d'Yvan Lambert



RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement