Optimisé pour
Espace de téléchargement





Le moniteur de Gand
Collection Philippe Maillard. Reproduction interdite




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










POLITIQUE



DE LA DERNIERE DECLARATION DU CONGRES, DU TRAITE DE PARIS, ETC.

MONITEUR DE GAND - N° 15 DU SAMEDI 3 JUIN 1815





La Déclaration émanée du congrès de Vienne, en date du 12 mai 1815, fait autant d’honneur aux plénipotentiaires qui l’ont signée, qu’aux souverains dont elle est pour ainsi dire la dernière profession de foi.

Rien de plus clair et de plus précis que la manière dont les trois questions sont posées et résolues dans le rapport de la commission inséré au procès-verbal. En effet, le succès de l’invasion de Buonaparte est un fait et non un droit : le succès ne peut rien changer à l’esprit de la Déclaration du 13 mars. Cette vérité resserrée à dessein dans la solution de la première question, serait susceptible de longs développements.

Soutenir, par exemple, que l’Europe, à qui l’on reconnaissait le droit d’attaquer Buonaparte encore errant dans les montagnes du Dauphiné, n’aurait pas celui de s’armer contre Buonaparte redevenu le maître de la France, ne serait-ce pas une véritable absurdité ?

La déclaration du 13 mars prévoyait et supposait évidemment le succès, autrement elle devenait ridicule : on ne fait pas marcher un million de soldats pour combattre 1200 hommes. Buonaparte pouvait-il entreprendre la conquête d’un grand royaume avec quelques satellites, sans y être appelé par une conspiration redoutable ? Le caractère connu de l’usurpateur devait confirmer dans cette pensée les princes réunis à Vienne : cet homme n’est point un partisan qui sait faire la guerre, à la tête d’une bande déterminée, sur les rochers et dans les bois ; il ne retrouve sa force et son audace qu’en remuant des masses et en employant des moyens immenses. Les souverains avaient donc jugé le péril avec une profonde sagesse. L’empereur de Russie apprit le 3 mars, à deux heures de l’après-midi, que Buonaparte avait quitté l’île d’Elbe ; et le même jour, à cinq heures du soir, une estafette porte à Pétersbourg l’ordre de faire partir la Garde impériale russe. Les autres souverains expédièrent des courriers aux ministres et aux commandants de leurs provinces ; en moins d’une semaine le signal fut donné à toutes les armées de l’Europe : ce n’est pas, nous le répétons, contre 1200 hommes, qu’un seul pont rompu pouvait arrêter dans les défilés de Gap, qu’était dirigé tant de prévoyance, de résolution et d’activité.

La seconde question du procès-verbal porte sur le traité de Paris, que Buonaparte offre de sanctionner, tout en affectant de l’appeler un traité honteux. Le congrès répond avec raison, et conformément à la déclaration du 31 mars 1814, que Buonaparte, si les alliés lui eussent accorder la paix, n’aurait point obtenu les conditions favorables de ce traité. On eût exigé de lui des garanties qu’on n’a pas demandées à Louis XVIII. Il eût été obligé de payer des contributions, de céder des places et peut-être des provinces. Sa parole n’eût pas suffi pour délivrer, comme par enchantement, la France de 400 000 étrangers. Oserait-on prétendre que la politique ne doive pas faire entrer dans ses motifs et dans ses considérations le caractère moral des chefs des nations ? L’Angleterre soumit à l’arbitrage de Saint-Louis de graves débats, qu’elle n’eût pas fait juger par un capitaine de la ligne. Si la France a été de nos jours exposée à la conquête, c’est par Buonaparte ; si la France est sortie entière des mains de l’ennemi, elle le doit à Louis XVIII. La France aurait peut-être pu garder son tyran par un traité de Paris, mais en gardant son esclavage, elle eût perdu ses provinces et son honneur.

On nous assure que Buonaparte est bien changé. Non ; ce n’est pas à 45 ans, quand on est né sans entrailles, quand on s’est enivré du pouvoir absolu, que l’on change dans l’espace de 8 mois. Buonaparte traîné par des commissaires à l’île d’Elbe, se cachant sous leurs pieds pour se soustraire aux vengeances du peuple n’a pas été ennobli par le malheur, mais dégradé par la honte : il n’y a rien à espérer de lui.

Il est donc vrai que la France n’a eu aucune raison de se plaindre du traité de Paris…… que ce traité était même un bienfait immense pour un pays réduit par le délire de son chef à la situation la plus désastreuse. Le maréchal Ney, dans sa lettre du 15 avril 1814, adressée à M. le prince de Talleyrand, avoue que Buonaparte reconnaissait le danger de cette situation : convaincu, dit-il, de la position critique où il (Buonaparte) a placé la France, et de l’impossibilité où il se trouve de la sauver lui-même, il a paru se résigner et consentir à l’abdication entière et sans aucune restriction.

Dans quel abîme en effet n’avait-il pas précipité la France ?

Lors des conventions du 23 avril 1814, quelques esprits prévenus, oubliant notre position, ne parurent pas les approuver dans toutes leurs parties ; elles rendaient, disaient-ils, aux alliés, sans conditions, les places de l’Allemagne, encore occupées par nos troupes. Quoi ! Paris, Bordeaux, Toulouse, Lyon, ne valait pas Dantzig, Hambourg, Torgau, Anvers ? C’était rendre ces dernières villes sans conditions, que d’en faire l’objet d’un pareil échange, que d’obtenir à ce prix la retraite des alliés ! À l’époque du 23 avril 1814, les alliés occupaient la France depuis les Pyrénées occidentales jusqu’à la Gironde, depuis les Alpes jusqu’au Rhône, depuis le Rhin jusqu’à la Loire ; 40 départements, c’est-à-dire, près de la moitié du royaume, était envahis ; 100 000 prisonniers répartis dans les provinces où les alliés n’avait pas encore pénétré, menaçaient de se joindre à leurs compatriotes ; 400 000 étrangers sur le sol de la patrie, les réserves des Russes, des Autrichiens, des Prussiens, des Allemands, prêtes à passer le Rhin, les Suédois et les Danois venant grossir cette inondation d’ennemis, telle était la position de la France. Chaque jour on voyait tomber quelques-unes des places que nous tenions encore sur l’Oder, le Weser, l’Elbe et la Vistule ; et les landwerh qui avaient formé le blocus de ces places, prenaient aussitôt la route de notre malheureux pays. Au milieu de tant de calamités présentes, de tant de craintes pour l’avenir, que pouvait exiger le gouvernement provisoire ? Quelle force aurait-il opposée aux alliés, s’il avait plutôt consulté l’ambition que la justice, ou si les alliés avaient préféré leur agrandissement à leur sûreté ? L’armée n’avait point encore vu à sa tête le prince, noble dépositaire des pouvoirs du Roi ; et trop séduite par les prestiges de la gloire, on peut juger à présent qu’elle eût été moins fidèle à ses devoirs qu’à ses souvenirs ; désorganisée, découragée par la retraite honteuse de Buonaparte, eût-elle essayé sous les ordres de son nouveau chef de renouveler des combats qu’elle était déjà lasse de soutenir sous son ancien général ? Aux premiers signes de mésintelligence, les alliés occupant la capitale et la moitié du royaume, se seraient emparé des caisses publiques, auraient levé l’impôt à leur profit, frappé de contribution les villages et les villes, dépouillé Paris de ses monuments, et enlevé au gouvernement toutes ses ressources ? Ils auraient appelé leurs nouvelles armées d’au-delà du Rhin, des Alpes et des Pyrénées, les Anglais, les Espagnols, les Portugais partant de Toulouse et de Bordeaux, les Russes et les Prussiens de Paris et d’Orléans, les Bavarois et les Autrichiens de Dijon, de Lyon et de Clermont, auraient opéré leur jonction dans nos provinces non encore envahies. Le Roi n’était point arrivé : aurait-il pu se faire entendre au milieu de ce chaos ? Sans doute il est impossible de conquérir la France. Les Espagnols, les Portugais, les Russes, les Prussiens, les Allemands, ont prouvé, et les Français auraient prouvé à leur tour, qu’on ne subjugue point un peuple qui combat pour son nom et son indépendance. Mais combien de temps cette lutte se fut prolongée ? Que de malheurs n’eût-elle point produits ! Est-ce du sein de ces bouleversements intérieurs que nos soldats auraient marché à la délivrance de Dantzig, de Hambourg et d’Anvers ? Ces places n’auraient-elles point ouvert leurs portes avant le triomphe de nos armées, avant la fin des guerres civiles et étrangères, allumées dans nos foyers ? car il est possible que dans le premier moment nous nous fussions divisés. Enfin, après bien des années de ravages, lorsque la paix eut mis un terme à nos maux, cette paix nous eût-elle fait obtenir les citadelles rendues aux alliés par les conventions du 23 avril 1814 ?

Que si quelqu’un pouvait avoir le droit de reprocher le traité de Paris à ceux qui l’ont signé, ce ne serait pas certainement Buonaparte, qui a donné lieu à ce traité, en introduisant les alliés jusque dans le cœur de la France. Dans tous les cas, il est insensé de soutenir qu’il fallait prolonger nos révolutions, recommencer des guerres désastreuses, compromettre l’existence de la patrie, afin de conserver quelques places, peut-être même quelques provinces conquises, il est vrai, par notre valeur, mais enlevées, après tout, à leurs possesseurs légitimes par la justice et la violence. Au reste, pour juger en homme d’État les conventions du 23 avril 1814, et le traité du 30 mai qui en est la suite, on ne doit point les prendre isolément : il faut examiner leurs causes et leurs effets, considérer la place qu’ils occupent dans la chaîne des actes diplomatiques ; non seulement ils firent cesser les calamités de la France, mais ils fondèrent dans l’avenir les droits des souverains et des peuples, la sûreté et la liberté de l’Europe.

Si ces traités forcèrent Buonaparte à descendre d’un trône usurpé, ne sont-ce pas ces mêmes traités qui le condamnent aujourd’hui de nouveau ? Sans l’existence de ces actes salutaires, il pourrait dire que l’Europe n’a pas le droit de s’armer contre lui. Il se trouve qu’en vertu même du traité du 30 mai 1814, ce ne sont pas les étrangers qui attaquent le fugitif de l’île d’Elbe : c’est lui qui a troublé la paix du Monde.

En effet, quelles sont les bases du traité de Paris ?

1°. La déclaration des alliés du 31 mars 1814, qui annonce : que si les conditions de la paix devaient renfermer de plus fortes garanties lorsqu’il s’agissait d’enchaîner l’ambition de Buonaparte, elles devaient être plus favorables lorsque, par un retour vers un gouvernement sage, la France elle-même offrira l’assurance de ce repos ; QUE LES SOUVERAINS ALLIES NE TRAITERONT PLUS AVEC NAPOLEON BUONAPARTE NI AVEC AUCUN DE SA FAMILLE ; qu’ils respectent l’intégrité de l’ancienne France, telle qu’elle a existé sous ses rois légitimes ;

2°. L’acte de déchéance du 3 avril 1814, prononcée par le Sénat de Buonaparte, acte qui rappelle une partie des crimes par lesquels l’usurpateur avait attenté à la liberté de la France et de l’Europe ;

3°. L’acte d’abdication du 11 avril de la même année, dans lequel Buonaparte lui-même reconnaît qu’étant LE SEUL obstacle au rétablissement de la paix en Europe, il renonce pour lui et ses héritiers aux trônes de France et d’Italie ;

4°. La convention du même jour, qui répète en des termes encore plus formels la renonciation exprimée par l’acte d’abdication ;

5°. Les conventions du 23 avril, où les Puissances alliées déclarent qu’elles veulent donner la paix à la France parce que LA FRANCE EST REVENUE à un gouvernement dont les principes offrent les garanties nécessaires pour le maintien de la paix.

Ainsi, sans toutes ces conditions préalables, établies dans les actes ci-dessus mentionnés, le traité de Paris n’eût point été conclu ; et toutes ces conditions se réduisent à une seule : exclure formellement Buonaparte et les siens du trône de France, tant par l’action d’une force étrangère, que par l’acquiescement de sa propre volonté. Cela posé, Buonaparte violant des engagements si sacrés, reprenant le titre d’Empereur des Français, rompt, de fait, la paix que le traité de Paris avait établie, et est condamné par le traité même.

Pour nous résumer : le succès momentané de Buonaparte n’a pu changer la déclaration du 13 mars dernier, comme le prouve la seconde déclaration du 12 mai. La base, la condition sine qua non du traité de Paris, était l’abolition du pouvoir de Buonaparte.

Or Buonaparte venant rétablir ce pouvoir, renverse le fondement du traité ; il se replace volontairement et replace la France qui le souffre, dans la situation politique antérieure au 13 mars 1814 : donc c’est Buonaparte qui déclare la guerre à l’Europe, et non l’Europe à la France. P>Ajoutons et répétons encore que le traité de Paris, quoi qu’en dise Buonaparte, était nécessaire et est très honorable à la France : c’est ce que nous croyons avoir démontré. Plus on examinera les transactions politiques qui ont préparé et suivi la restauration, plus on admirera les princes et le grand ministre qui ont si parfaitement jugé les intérêts pressants de la patrie, si bien connu les choses et les hommes. Le 31 mars 1814, des armées innombrables occupaient la France ; quatre mois après, toutes les armées ennemies avaient repassé nos frontières sans avoir emporté un écu, tiré un coup de fusil, versé une goutte de sang, depuis la rentrée des Bourbons à Paris. La France se trouve agrandie sur quelques-unes de ses frontières ; on partage avec elle les vaisseaux et les magasins d’Anvers ; on lui rend trois cent mille de ses enfants exposés à périr dans les prisons des alliés, si la guerre se fût prolongée ; après vingt-cinq années de combats, le bruit des armes cesse subitement d’un bout de l’Europe à l’autre. Quel pouvoir a opéré ces merveilles ? Le ministre d’un gouvernement à peine établi, deux princes revenus de la terre étrangère, sans forces, sans suite et sans armes, deux simples traités signés Charles et Louis !




FIN



******************************************


JOURNAL UNIVERSEL PUBLIE A GAND PENDANT LE SEJOUR DE S. M. LOUIS XVIII EN 1815

1825








RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement