Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










MANDEMENT

DE MGR L'EVEQUE D'AUTUN

SUR

LA DEPRAVATION DES MOEURS ET L'IRRELIGION

ET ORDONNANCE

DES PRIERES DE QUARANTE HEURES

14 JUILLET 1790




CHARLES-MAURICE DE TALLEYRAND-PERIGORD, par la miséricorde divine et l’autorité du Saint-Siège Apostolique, Evêque d’Autun, etc., au Clergé Séculier et Régulier et à tous les Fidèles de notre Diocèse, SALUT ET BENEDICTION en N. S. J. C.

Depuis longtemps, N. T. C. F., le Seigneur nous parle du haut des Cieux pour nous engager à revenir de nos mauvaises voies. Une foule de maux accumulés sur nos têtes nous montrent le bras d’un Dieu irrité contre nous. Les désordres les plus affreux, les excès les plus inouïs, ont porté partout le deuil et la consternation : nos bouches plaintives se sont ouvertes aux gémissements ; mais nos cœurs toujours durs sont encore fermés à la pénitence. Nous ne nous sommes pas crus assez malheureux pour cesser d’être pêcheurs, pour nous repentir de l’avoir été.

Aujourd’hui de nouvelles calamités semblent prêtes à fondre sur nous ; des orages destructeurs soufflent dans les airs et dévastent les campagnes ; des torrents de pluie menacent de submerger une riche moisson des récoltes abondantes qui préparaient un heureux soulagement de nos maux.

A ces formidables coups, pourriez-vous méconnaître, N. T. C. F., la main puissante qui s’appesantit sur des coupables ! ce sont nos crimes qui comme d’épaisses exhalaisons, se réunissent dans les airs et forment la foudre qui tonne sur nous ; c’est la dépravation des mœurs ; c’est notre irréligion qui excite la colère du Seigneur et fait pleuvoir sur cette terre la malédiction qui la dévore.

Gardons-nous, N. T. C. F., de ressembler à ces hommes aveugles qui dans leurs disgrâces ne sentent que le coup dont ils sont frappés, sans reconnaître jamais la main qui les frappe, qui gémissent de leurs maux, sans pleurer les crimes qui les leur ont attirés : le comble de la misère, c’est de n’en point chercher le remède, c’est de s’endurcir sous les coups ; ah ! plutôt que du fond de tous les cœurs, sorte cet humble langage du pêcheur pénitent, ces tendres gémissements que les Saints-Prophètes et les amis de Dieu poussèrent dans l’affliction : « Nous avons pêché contre vous Seigneur ; nous avons fait des actions criminelles ; nous avons commis l’iniquité. » Ainsi s’humiliait le juste Tobie ; ainsi David faisait parler d’avance les captifs de Babylone ; ainsi parla le peuple de Béthulie assiégé par Holopherne, et cette humiliation fut son salut.

C’est aux enfants de l’alliance de grâce que nous proposons ces grands exemples ; c’est vous, N. T. C. F., que nous exhortons par les entrailles de la divine miséricorde, de ne pas borner le sentiment de vos afflictions à une douleur stérile, qui ne produit jamais que d’injustes murmures ou un repentir hypocrite. C’est vous que nous conjurons de pleurer vos disgrâces, moins à cause de l’amertume qui les accompagne, que parce qu’elles sont les suites des crimes dont vous vous êtes souillés.

Convertissons-nous donc au Seigneur. Depuis longtemps il nous avertit, il nous menace, il nous afflige : ce sont autant de voix qui nous invitent à la pénitence ; écoutons-les, et il nous regardera avec des yeux de pitié : promettons-lui des mœurs plus saintes, et il nous accordera des jours plus tranquilles ; faisons cesser les crimes qui l’irritent, et le glaive dont il nous frappe rentrera dans son fourreau.

Nous vous y exhortons, N. T. C. F., avec ces tendres sentiments qu’inspire le zèle le plus pur, avec ces mouvements qui, au-dessus de l’expression, se renferment dans le cœur. Heureux, heureux mille fois si l’époque des calamités de ce Royaume devient celle de la conversion et du salut de tout le Peuple ! Puisse la Foi si fort affaiblie par la corruption du cœur et les sophismes de l’incrédulité, sortir comme l’aurore du sein des ténèbres, recouvrer son ancienne splendeur, se revêtir des ornements de sa gloire et briller d’un nouvel éclat ! Puisse la discipline des mœurs, si fort relâchée, reprendre ses droits les plus sacrés, aujourd’hui confondus et presque anéantis : puisse la vertu, reléguée dans l’obscurité de la retraite, se montrer au grand jour, faire la gloire de tous les états ; la paix s’unir avec la justice pour le bonheur des Peuples ; l’impiété et l’irréligion consternées demeurer dans le silence, et l’Arche du Seigneur reposer au milieu d’Israël avec toute la Majesté qui lui est due.

A ces Causes, après en avoir conféré avec nos Vénérables Frères les Doyen, Chanoines et Chapitre de notre Eglise Cathédrale, nous ordonnons que Jeudi 15 du courant, on fera l’ouverture DES QUARANTES HEURES dans notre dite Eglise Cathédrale, etc….

DONNE à Autun, sous le seing de nos vicaires-généraux, le 14 juillet 1790.

Signé : DE GRANDCHAMP, grand-chantre, vicaire-général et official ; DE MIRAMONT, archidiacre d’Avallon, vicaire-général ; DROUAS DE BOUSSEY, abbé de Saint-Rigaud, vicaire-général ; LEMAISTRE, abbé de Saint-Etienne, vicaire-général ; SAULNIER, supérieur du Séminaire, vicaire-général.

Par MM. Les vicaires-généraux,



VALLETAT, chanoine, secrétaire.



******************************************


IMPRIMERIE PIERRE-PHILIPPE DEJUSSIEU

AUTUN









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement