Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










PROTOCOLE N° 56

DE LA CONFERENCE DE LONDRES

DU 5 AVRIL 1832

SUR

LES AFFAIRES DE LA BELGIQUE




Présents : les PP. d’Autriche, de France, de la Grande-Bretagne, de Prusse et de Russie.

Les PP. des cinq Cours se sont réunis en Conférence au Foreing-Office. Les PP. de France et de la Grande-Bretagne ont ouvert la Conférence en observant que plus de deux mois se sont écoulés depuis le 31 janvier, jour où ils ont échangé, avec le PP. Belge, les actes de ratification du Traité du 15 novembre 1831 ;

Que le protocole de la Conférence tenue à cette occasion, avait été laissé ouvert pour des raisons indiquées dans ce même protocole, afin de réserver aux Cours d’Autriche, de Prusse et de Russie la faculté d’échanger également les actes de leurs ratifications sans porter atteinte à l’union qui a heureusement existé jusqu’à cette heure entre les cinq Puissances, et de la conservation de laquelle dépend essentiellement le maintien de la paix en Europe ;

Qu’en se décidant à attendre jusqu’à ce moment quelque communication de la part de leurs alliés, au sujet de la ratification du Traité du 15 novembre, les Cours de France et de la Grande-Bretagne ont donné la plus forte preuve du prix qu’elles attachent à cette union et de leur vif désir de conserver la paix générale ; mais des communications que les deux Cours ont reçues récemment, les portent à croire que les PP. de leurs alliés ont été munis des pouvoirs nécessaires pour échanger les ratifications du Traité du 15 novembre, et que comme il est urgent pour le maintien de la tranquillité de l’Europe, que les affaires de la Belgique se terminent promptement, les PP. de France et de la Grande-Bretagne invitent ceux d’Autriche, de Prusse et de Russie à déclarer s’ils sont prêts à procéder à l’échange des ratifications du Traité du 15 novembre ; et dans le cas où ils ne seraient point, à faire connaître les circonstances qui les en empêchent.

Les PP. d’Autriche, de Prusse et de Russie s’empressent de répondre aux PP. de France et d’Angleterre. Ils déclarent apprécier à leur juste valeur les assurances que les PP. de France et de la Grande-Bretagne leur ont réitérées, et s’estiment heureux d’avoir été, depuis l’ouverture des Conférences de Londres, les interprètes des dispositions non moins pacifiques des trois Puissances qu’ils représentent, dispositions qui ont engagé ces Puissances et qui les engageront encore à ne négliger aucun moyen de maintenir la paix générale et l’union des cinq Cours, qui en est la meilleure garantie.

Les PP. d’Autriche, de Prusse et de Russie ajoutent qu’ils ne sont pas encore autorisés à échanger les actes de ratification du Traité du 15 novembre 1831 ; que les motifs des Puissances, en différant l’échange de ces ratifications, avaient été d’user de toute leur influence à La Haye, pour engager S. M. le Roi des Pays-Bas à accorder aux 24 articles du 15 octobre dernier, et qu’en s’efforçant avec un zèle sincère d’obtenir cette accession, les trois Puissances avaient donné la preuve la plus convaincante de leur désir de coopérer à l’accomplissement des vues de leurs alliés et à la conservation de la tranquillité en Europe ; que les résultats des dernières démarches faites dans ce but auprès de S. M. le Roi des Pays-Bas, et attestées par les déclarations qui viennent d’être remises de la part de l’Autriche, de la Prusse et de la Russie au Gouvernement Néerlandais, sont encore trop récentes pour avoir permis aux trois Puissances d’envoyer des ordres définitifs à leurs PP. à Londres, mais que les PP. espèrent recevoir ces ordres incessamment, et s’empresseront de les communiquer à la Conférence.



TALLEYRAND.

NEUMANN.

WESSENBERG.

PALMERSTON.

BULOW.

LIEVEN.

MATUSZEWIC.





******************************************


D'après le recueil des Traités de la France par M. Jules de Clercq édité par A. DURAND et PEDONE-LAURIEL, Editeurs - Paris - 1880









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement