Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










PROTOCOLE N° 2

DE LA CONFERENCE DE LONDRES

DU 17 NOVEMBRE 1830

SUR

LES AFFAIRES DE LA BELGIQUE




Les P.P. des cours d’Autriche, de France, de la Grande-Bretagne, de Prusse et de Russie, s’étant réunis en Conférence, ont entendu celui de S.M. le Rois des Pays-Bas. Ce P.P. leur a déclaré que le Roi, son maître adhère à leur protocole du 4 courant et à l’armistice dont cet acte indique les bases.

Lecture a été faite du rapport de MM. Cartwright et Bresson sur les résultats de la mission dont ils avaient été chargés à Bruxelles.

Après avoir donné une juste approbation à la manière dont ils ont rempli cette mission, les P.P. ont attentivement examiné la réponse jointe à leur rapport et décidé que cette réponse serait acceptée, parce que, d’un côté, elle renferme une entière adhésion aux bases posées par la Conférence de Londres pour une cessation d’hostilités, et que, de l’autre, le passage de cette même réponse qui commence par ces mots : « à cette occasion » et se termine par ceux-ci « y compris la rive gauche de l’Escaut » n’exprime, suivant le rapport de MM. Cartwright et Bresson, qu’une opinion subordonnée à l’adhésion pleine et sans réserve qui la précède.

En effet, d’après les bases d’armistice que cette réponse adopte explicitement, les limites derrière lesquelles les troupes respectives doivent se retirer, sont les limites qui séparaient la Belgique des Provinces-Unies des Pays-Bas, antérieurement au Traité de Paris du 30 mai 1814. Ces limites ne peuvent donc être déterminées par des actes postérieurs au Traité du 30 mai 1814, et l’on ne saurait invoquer de tels actes pour altérer, sur un point quelconque, la ligne de frontières qui subsistait avant la signature de ce même Traité.

Tout autre mode d’interprétation impliquerait une contradiction manifeste et serait par là même inadmissible.

Les P.P. considèrent donc la ligne mentionnée ci-dessus comme arrêtée, de part et d’autre, pour un armistice qui au surplus, laisse intactes les questions politiques dont les Cours auront à faciliter la solution.



TALLEYRAND.

ESTERHAZY.

ABERDEEN.

BULOW.

MATUSZEWIC.





******************************************


D'après le recueil des Traités de la France par M. Jules de Clercq édité par A. DURAND et PEDONE-LAURIEL, Editeurs - Paris - 1880









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement