Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










RAPPORT DE TALLEYRAND

AU

DIRECTOIRE EXECUTIF

DE FLOREAL AN VI [MAI 1798]

SUR UNE DEMANDE DES GRISONS RELATIF A LEUR INDEPENDANCE







Paris, floréal an VI s. d. [mai 1798]

Les députés des Ligues Grises se voient dans la nécessité de demander au Directoire exécutif une déclaration formelle qui garantisse leur indépendance et leur neutralité et un ordre positif aux généraux commandant les troupes de la République, de la faire respecter religieusement. Ils déclarent que, pour le moment, toute proposition de réunion à la République helvétique ne saurait être envisagée que comme dérogatoire au système de neutralité. Cernés par les troupes françaises qui pénètrent dans les petits cantons et par les troupes autrichiennes qui s’accumulent sur leurs frontières, les Grisons ont déjà obtenu de l’Empereur l’assurance que de sa part leur neutralité ne serait pas compromise ; déjà aussi les circonstances ont déterminé le résident de la République française à donner une déclaration semblable et les Grisons espèrent que le gouvernement ne désavouera pas la démarche de son ministre. Leur motif n’est point un refus absolu de se réunir aux Suisses ; ils croient seulement le moment actuel peu favorable pour des invitations pareilles et que leurs propres convenances persuaderont les République française et helvétique de les remettre à des époques plus convenables. La demande des Grisons ne portant ainsi que sur un délai et non sur un refus, la prudence de leur système peut n’être pas interprétée avec défaveur, et nul intérêt pressant ne s’oppose à la sanction à la conduite du ministre français près les trois Ligues. Et peut-être le Directoire jugera-t-il convenable que je réponde aux députés grisons de manière à leur donner l’espèce de sécurité provisoire qu’ils demandent.

Ch. Mau. Talleyrand.

******************************************


AFF. ETR. VOL. 38 F°113










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement