Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










DEUXIEME NOTE

ADRESSEE A SON EXCELLENCE

M. LE GENERAL KNOBELSDORFF

EN DATE DU 13 SEPTEMBRE 1806

DANS LAQUELLE IL ANNONCE

LA SATISFACTION DE L'EMPEREUR,

ET SON INTENTION DE FAIRE RETROGRADER

LES TROUPES QUI SE RENDENT SUR LE RHIN




Le soussigné a mis sous les yeux de S. M. l’EMPEREUR et ROI la note que S. Exc. M. de Knobelsdorff lui fit hier l’honneur de lui adresser.

S. M. y a trouvé avec plaisir l’assurance que la Prusse n’était entrée dans aucun concert hostile contre la France ; que l’armement qu’elle a fait n’avait eu pour cause qu’un malentendu ; que le départ de la garnison de Berlin, quoique effectué depuis la lettre écrite par S. M. le roi de Prusse, ne devait être considéré que comme l’exécution d’un ordre antérieur, et que le mouvement imprimé aux troupes prussiennes cesserait aussitôt que l’on connaîtra à Berlin ce que S. M. l’EMPEREUR ET ROI a bien voulu dire à MM. de Knobelsdorff et de Lucchesini, dans les audiences particulières qu’il leur a accordées.

S. M. a ordonné, en conséquence, que les communications qui devaient être faites au Sénat lundi prochain, seront différés, et qu’aucunes troupes, autres que celles qui sont actuellement en marche vers le Rhin, ne seraient mises en mouvement jusqu’à ce que S. M. connaissent les déterminations et les mesures que la cour de Berlin aura prises d’après le rapport que MM. de Knobelsdorff et de Lucchesini lui ont fait, et si ces déterminations sont telles que l’armée française en Allemagne ne soit plus menacée, et que toutes choses soient remises entre la France et la Prusse sur le même pied qu’elles étaient il y a un mois, S. M. fera rétrograder immédiatement les troupes qui se rendent actuellement sur le Rhin.

Il tarde à S. M. l’EMPEREUR et ROI que ce singulier malentendu soit éclairci. Il lui tarde de pouvoir se livrer, sans aucun mélange d’incertitude et de doute, aux sentiments dont il a donné tant de preuves à la cour de Berlin, et qui ont été toujours ceux d’un fidèle allié.

Le soussigné prie M. de Knobelsdorff de recevoir les assurances de sa haute considération.

Paris, ce 13 septembre 1806.

Signé, CH. MAUR. TALLEYRAND, prince de Bénévent.



******************************************


MONITEUR N° 288 DU MERCREDI 15 OCTOBRE 1806 P. 1258









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement