Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










34 CARICATURES DE TALLEYRAND PARUES DANS LE JOURNAL LA CARICATURE







Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Caricature de Benjamin Roubaud dit Benjamin et Paillet parue dans le journal la Caricature N° 147 du 29 août 1833 représentant Louis-Philippe en moutard tricolore sous l'oeil amusé de Guillaume IV guidé par Talleyrand. Il est fait ici allusion au projet de rapprochement avec l'Angleterre tenté par Talleyrand en direction de Palmerston pour contrer l'alliance continentale de la Russie, l'Autriche et la Prusse.



Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Caricature d'Eugène-Hippolyte Forest et Grandville parue dans le journal la Caricature N° 98 du 22 septembre 1832 représentant une accumulation de personnages et symboles. Talleyrand est Vulcain forgeant des chaînes et des protocoles ; il est assis sur les filets dont il entortille le monde... Une fleur de lys est tatouée sur le bras droit.



Détail de la caricature " les faux dieux de l'Olympe ".
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Caricature de Charles-Joseph de Traviès parue dans le journal la Caricature N° 158 du 14 novembre 1833. Le char de l'Etat se traîne péniblement sur la route de Cherbourg. Dans la voiture de l'argent ; le cocher est un anglais Louis Philippe est à côté. Talleyrand est à l'arrière.



Détail de la caricature " le char de l'Etat ".
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


caricature de Grandville et Julien, parue sous le n° 93 dans le journal La Caricature, le 16 août 1832. Talleyrand est à terre , pour "ramasser et remettre en place " les souverains et les princes européens que la "Liberté", invisible ici, s'apprête à faire tomber. C'est don Miguel, roi du Portugal, que le diplomate tient dans sa main droite. A demi caché, le jeune duc d'Orléans, fils aîné du roi Louis-Philippe.



Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Caricature de Eugène Poitevin sous le pseudonyme W. B. (William Blake) parue dans le journal la Caricature N° 107 du 22 novembre 1832. Talleyrand est sous les traits de Méphistophélès et tend les Évangiles à Satan Louis Philippe. A gauche, la haute société se réjouit ; à droite le peuple apprécie beaucoup moins la représentation.



Détail de la caricature " scène diabolique ".
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Elévation de la Poire : Adoremus in aeternum sanctissimum philipoirum. Lithographie célèbre de Grandville et Desperret parue dans l'association mensuelle de la Caricature en juin 1833. Elle représente, sous forme de célébration religieuse où la Poire (Louis-Philippe) tient lieu de Saint-Sacrement et la Charte de Livre sacré, la vénération qui entourerait Louis-Philippe. C'est Talleyrand au centre qui officie - allusion évidente à la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790.



Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Grand banquet monarchique et antinational. Toasts portés par les potentats, monarques et princes absolus de l'Europe, à l'anéantissement de toutes les libertés populaires. Lithographie de Grandville et Desperret parue dans l'association mensuelle de la Caricature du 17 décembre 1833. Louis-Philippe ayant pour vis-à-vis le roi d'Angleterre, préside la longue table autour de laquelle sont assis ses ministres, les souverains d'Europe et le sultan de Turquie.



Détail de la caricature " Grand banquet monarchique et antinational ".
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Enfants, croyez-moi, ne jouez pas avec ces armes-là. Lithographie de Grandville et Desperret parue dans l'association mensuelle de la Caricature du 21 avril 1834. On y voit : courbé à gauche Thiers, devant lui, d'Argout avec son grand nez ; puis Talleyrand ; Louis-Philippe de dos ; à la fenêtre "Le peuple".



Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Ils ne savent plus à quel saint se vouer. Lithographie parue dans le N° 102 du journal la Caricature du 18 octobre 1832.



Détail de la caricature " Ils ne savent plus à quel saint se vouer "
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Le festin de Balthazar. Lithographie parue dans le N° 126 du journal la Caricature du 4 avril 1833.



Détail de la caricature " Le festin de Balthazar "
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Le festin de Balthazar. Lithographie parue dans le N° 181 du journal la Caricature du 24 avril 1834.



Détail de la caricature " Le festin de Balthazar "
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Le temps l'amène. Patience ! patience !. Lithographie parue dans le N° 177 du journal la Caricature du 27 mars 1834.



Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Détail de la caricature " Le temps l'amène. Patience ! patience ! "

Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




L'enterrement de la liberté. Lithographie d'Eugène Hippolyte Forest et de J. J. Granville parue dans le N° 25 du journal la Caricature en date du 21 avril 1831. Cette planche fait référence à la loi martiale du 10 avril 1831 du ministère de Casimir Périer qui remplaçait depuis le 13 mars le banquier Laffitte.

Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Détail de la caricature " L'enterrement de la liberté "
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Résurrection de don Carlos. Lithographie parue dans le N° 196 du journal la Caricature du 7 août 1834.



Détail de la caricature " Résurrection de don Carlos "
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Le diable est plus fin que toi. Lithographie parue dans le N° 24 du journal la Caricature du 14 avril 1831.



Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Gard à vous blagueurs ! Portez armes !. Lithographie parue dans le N° 202 du journal la Caricature du 18 septembre 1834.



Détail de la caricature " Gard à vous blagueurs ! Portez armes ! "
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Le jeu de bague nuptiale. Lithographie parue dans le N° 137 du journal la Caricature du 20 juin 1833.



Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Une exécution sous Louis XI. Lithographie parue dans le N° 180 du journal la Caricature du 17 avril 1834.



Détail de la caricature " Une exécution sous Louis XI "
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Il serait plus facile d'arrêter le soleil. Lithographie parue dans le N° 163 du journal la Caricature du 20 décembre 1833.



Détail de la caricature " Il serait plus facile d'arrêter le soleil "
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Mascarade politique. Lithographie parue dans le N° 227 du journal la Caricature du 12 mars 1835.



Détail de la caricature " Mascarade politique "
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Henri Chel. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Invocation au pair éternel. Lithographie parue dans le N° 42 du journal la Caricature du 18 août 1831.

C'est une satire violente sur l'hérédité de la Chambre des Pairs voulue par Louis-Philippe



Détail de la caricature " Invocation au pair éternel " Talleyrand est représentée en angelot.
Collection Henri Chel. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Henri Chel. Reproduction interdite.


Images allégorisées des corporations diplomatiques. Lithographie de Philipon parue dans le N° 53 du journal la Caricature du 22 mars 1832.

Caricature expliquée dans le journal: Ce gaillard que vous voyez menacer de sa plume, gros gras et bête, qui vient de passer, c'est le Corsaire; après lui, vient une baronne honnêtement enrichie; elle est suivie du Juste Milieu personnifié. Puis, vient un Laquais chargé d'une cassette; puis un Blondin, déguisé en Arc en Ciel, qui suit un frère Guizotin. Cette charette, c'est le corps diplomatique dessiné d'après nature, et conduit par ses conseillers ordinaires, les gate sauce. Vient ensuite une députation de baionnettes intelligentes, portant sur les épaules le prince de Tricanule, ce héros du ridicule, ce maréchal des Pompiers. Puis un perroquet, qui ressemble moralement à M. Mahul, et un autre à M. Joubert. Enfin, le célèbre ministre récureur d'égout publics, chargé des grandes routes et des beaux arts, protecteur illetré des belles lettres....de reconnaitre à son nez gigantesque et à son air volatile. Et brochant sur tout cela, le démon de la diplomatie jésuitique, l'ame prétée, vendue, volée et reprétée, revendue et revolée à Dieu et au diable, le prince périgourdin, apostat de toutes les croyances et de tous les partis (Talleyrand).



Détail de la caricature " Images allégorisées des corporations diplomatiques " Talleyrand est représentée en démon chevauchant une bête mythique.
Collection Henri Chel. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Exercices calligraphiques. Lithographie parue dans le N° 106 du journal la Caricature du 15 novembre 1832.



Détail de la caricature " Exercices calligraphiques "
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


La gratification portée par la France nouvelle. Lithographie parue dans le N° 121 du journal la Caricature du 28 février 1833.



Détail de la caricature " La gratification portée par la France nouvelle "
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


La Cène. Lithographie parue dans le N° 81 du journal la Caricature du 17 mai 1832.



Détail de la caricature " La Cène "
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Salmigondi politique. Lithographie parue dans le N° 114 du journal la Caricature du 10 janvier 1833.



Détail de la caricature " Salmigondi politique "
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Le Marché de Gros, Gras et Bête. Lithographie de Jean-Ignace Isidore Gérard et Eugène Forest parue dans le N° 73 du journal la Caricature du 22 mars 1831. 2ème planche d'une série de 4 où Talleyrand figure en aérostier, revêtu d'un costume d'évêque avec mitre portant le lys des Bourbons et la cocarde républicaine. Il porte entre autres la décoration de la Toison d'or. Il est affublé des attributs diaboliques. Une nuée de protocoles, sortant de sa manche, l'environne. La nacelle est constituée des symboles des grandes puissances.



Détail de la caricature " Le Marché de Gros, Gras et Bête " parue dans le N° 73 du journal la Caricature.
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Hop! hop! hop!. Lithographie parue dans le N° 191 du journal la Caricature du 3 juillet 1834.



Détail de la caricature " Hop! hop! hop! " parue dans le N° 191 du journal la Caricature du 3 juillet 1834.
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Théâtre royal des marionettes. Lithographie parue dans le N° 204 du journal la Caricature du 12 octobre 1834.



Détail de la caricature " Théâtre royal des marionettes " parue dans le N° 204 du journal la Caricature du 12 octobre 1834.
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


La tentation. Lithographie non signé d'Honoré Daumier parue dans le N° 217 du journal la Caricature du 1 janvier 1835. Le Saint Ermite (le Roi) apparaît sous la forme d'un porc. Talleyrand lui présente une couronne. D'Argout une énorme cassette pleine d'or et Thiers lui offre une belle demeure. C'est une variation politique de la Tentation de Saint-Antoine. La charge est si virulente qu'elle est anonyme.



Détail de la caricature " La tentation " parue dans le N° 217 du journal la Caricature.
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


L'apoplexie allant remplacer à Londres la paralysie. Lithographie d'Honoré Daumier parue dans le N° 223 du journal la Caricature du 26 février 1835. Balzac, sous le pseudonyme d'Alfred Coudreux, donne comme description de cette planche : " Ceci représente les deux ambassadeurs que la pensée profonde, avec ce tact et cette habileté que le monde connait et admire, a chargé de représenter à Londres la jeune France de 1830. Comme on le voit, ils justifient parfaitement leur titre d'ambassadeurs extraordinaires. Cependant, en y réfléchissant un peu, on est forcé d'avouer que Talleyrand, entièrement paralysé, et Sébastiani, tombé dans un état complet d'imbécilité, convenaient mieux que personne pour représenter une nation emphilippotardée. A. C. "



Détail de la caricature " L'apoplexie allant remplacer à Londres la paralysie " parue dans le N° 223 du journal la Caricature.
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Quand le diable devint vieux, il se fit ermite. Lithographie parue dans le N° 229 du journal la Caricature du 26 mars 1835.



Détail de la caricature " Quand le diable devint vieux, il se fit ermite " parue dans le N° 229 du journal la Caricature du 26 mars 1835.
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


A ceux que ces présentes verront, salut!. Lithographie parue dans le N° 194 du journal la Caricature du 24 juillet 1834.



Détail de la caricature " A ceux que ces présentes verront, salut! " parue dans le N° 194 du journal la Caricature du 24 juillet 1834.
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Très humbles et très dévoués gardes nationaux passés en revue par leurs très hautes, très puissantes et très colossales majestés. Lithographie de Grandville et Desperret parue dans le N° 159 du journal la Caricature du 21 novembre 1833. Le pied-bot du trône de Don Carlos est une allusion à Talleyrand.



Détail de la caricature " Très humbles et très dévoués gardes nationaux passés en revue par leurs très hautes, très puissantes et très colossales majestés " parue dans le N° 159 du journal la Caricature.
Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.




Collection Philippe Maillard. Photo Xavier Pénicaut. Reproduction interdite.


Triage politique. Le Peuple passant le gouvernement au tamis... Beaucoup ne passent pas. Lithographie de Grandville et Desperret parue dans le N° 146 du journal la Caricature du 8 février 1834. Talleyrand est de dos dans la brouette.


Remerciements à André Beau et Philippe Maillard pour les textes tirés de l'inventaire analytique de la Collection de Vinck par Nicole Villa BN 1979 accompagnant les gravures.



******************************************







RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement