Optimisé pour
Espace de téléchargement





Collection Théo Klein - Bruxelles




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LA COLLABORATION ENTRE JIHEL ET MARC LENZI





Un journaliste d’investigation politique et un peintre de talent de l'école de Nice se sont rencontrés dans les années 70, se sont perdus, puis recroisés dans les années 80, tout cela au gré des déménagements du premier toujours prêt à lever le pied pour défendre une cause perdue au Chili , dans un squat d’artistes à Paris, pour défendre des sans papiers ou encore pour la protection animale comme un désir fou de plusieurs vies, toujours en mouvement, en fuite, à la poursuite d'un mirage, d'une étoile inaccessible. Le second plus stable ne se déplacera que de Nice à Utelle (Quelques kilomètres plus haut)

Entre Jihel et Lenzi s’établira un lien fort et une correspondance assidue qui aboutira à des œuvres communes tant recherchées par les collectionneurs, surtout ces séries historiques* (Très souvent de 9 planches) traitant de Talleyrand dont on sent bien à l’étude que Jihel en est le commanditaire puis l’éditeur comme pour donner une suite évidente à son œuvre personnelle.

Il est important de séparer dans cette étroite collaboration les créations binomes dites dessinées des deux artistes (style carte à jouer ou autres) des créations propres à Lenzi et mises en texte par Jihel, ces dernières plus rares et plus recherchées ont fait l’objet d’une étude-interview approfondie par Fabien ZELLER (Le biographe de Jihel) dans un livre de 50 pages aux éditions de l’atelier** Cette mini-conférence publique filmée s'est faite dans un lieu mythique de Paris "La librairie Parisienne Shakespeare and Company" sur la rive gauche de la Seine avec son ami George Whitman. Jihel y rencontrait là ses amis et collectionneurs Américains.

On peut noter qu’à part quelques séries sur les Francs maçons célébres, la plupart des planches traitent de Talleyrand ou de son entourage ; A ce propos Fabien ZELLER dans son livre interroge Jihel dans une interwiew servant d’introduction et de préface à la fois, et à la question qui brûlent toutes les lèvres, Pourquoi Talleyrand ? la réponse fuse comme un non dit « J’adore m’interesser aux gens qui sont très loin de moi par leurs idées pour mieux comprendre pourquoi ils le sont. » on se contentera de cela, car on sent bien que la porte se referme sur des contradictions internes lesquelles se cadenassent pour mieux se terrer dans une solitude féconde, qui fusionne avec toutes les controverses possibles passant de l'ingénuité à la tristesse insondable, de la gaieté insouciante à l'angoisse profonde.

Finalement je pense que l'on ne passe pas quarante ans de sa vie à titiller tous les vices de Talleyrand sans l’aimer un peu.

Je n’ai jamais eu le plaisir de discuter avec Lenzi et je le regrette, mais pour avoir rencontré Jihel à plusieurs reprises lors de conférences animées tenues par lui (Fondation Jaurés, La Mutualité, La Sorbonne…) ou d'expositions, je peux dire que c'est un écorché vif avec des idées trop belles pour que le monde dans lequel nous vivons puisse les mettre un jour en applications, qu'il est toujours sur le qui vive avec son petit crayon gris au fond de sa poche pour l'idée de l'instant, mais comme il me dira ce jour d'une conférence sur Jean Jaurés à Castres "J'ai trente idées par jour mais seules deux ou trois aboutissent vraiment."

La dernière fois que je l'ai rencontré c'était dans les années 90 aux puces du samedi matin de Villeneuve lès Avignon, il était en grande discussion sur le trotskisme et l'entrisme avec ses amis artistes Claude Viallat, Desclozeaux, Bilal, Guthers... C'était pour le moins surréaliste cette réunion d'artistes au milieu d'une allée de brocante. J'ai regretté ce jour là de ne pas avoir d'appareil photo pour figer la scène.

J'ai retenu de cet artiste Jihel quelque chose d'électrique, un regard perçant sous des yeux bleus doux, une chevelure de troubadour et une barbe naissante, une sorte de beauté inexpliquée mais apaisée, un homme qui ne refuse jamais le dialogue au risque de s'y briser avec son instinct de la provocation verbale (Vieux restes du militant anarchiste)

Je me suis longuement interrogé sur cette oeuvre décalée qui peut être perçue comme extravertie, finalement elle ne cache que la sourde inquiétude d'un indigné avant l'heure.

Elin Lindstroïm-Paris (Designer art-néons).

* Il est important de noter que Zeller ne fait état dans son livre que des séries éditées aux « Editions de la Canetille » le plus souvent entre 30 et 50 exemplaires et que Jihel dans une demi-confidence avoue avoir gardé de nombreuses séries à l’état d’épreuves (donc n’ayant jamais vu le jour) Qui saura faire apparaître un jour ces petits trésors ?

** On peut regretter dans cette étude au demeurant bien documentée, le manque d’iconographie.


Remerciements à Elin Lindstroïm et Madame Blum pour cette étude - Pierre Combaluzier.



LES CARTES EN COLLABORATION

RETOUR A L'INTRODUCTION









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement