Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










PROTOCOLE

DE LA CONFERENCE

SUR LES AFFAIRES DE LA GRECE,

TENUE A LONDRES

LE 7 JANVIER 1832




Présents : les PP. de France, de la Grande-Bretagne et de Russie.

Les PP. de France, de la Grande-Bretagne et de Russie, après s’être réunis en Conférence et avoir mûrement examiné tous les renseignements qui leur sont parvenus sur la situation politique de la Grèce, depuis l’attentat qui a privé ce pays de sont président, ont arrêté les bases suivantes, destinées à servir d’instructions communes aux Résidents des trois Cours, ainsi qu’aux commandants de leurs forces de terre et de mer en Grèce :

1° Au moment où ils recevront le présent protocole, l’assemblée nationale aura sans doute déterminé ses délibérations et reconnu ou confirmé un Gouvernement provisoire. Ce Gouvernement, constitué ainsi dans toutes les formes légales, doit être reconnu comme Gouvernement provisoire national de la Grèce par les Résidents des trois Cours, ainsi que par les commandants de leurs forces de terre et de mer ;

2° Les Résidents des trois Cours et les commandants de leurs forces de terre et de mer auront à donner l’exemple du respect et des égards qui lui sont dûs ;

3° Autant les trois Cours sont en droit de demander que ce Gouvernement administre le pays selon les lois, avec douceur, avec impartialité, et dans le but d’amener l’extinction et l’oubli des discordes qui ont agité la Grèce en dernier lieu, autant il importe que les Résidents des trois Cours, et leurs officiers de terre et de mer, contribuent, par leur attitude, leur langage et l’influence que leur donnent les fonctions dont ils sont revêtus, à la tranquillité et à l’obéissance publiques, dans toute l’étendue de l’Etat grec, qu’ils de dépouillent de toute affection personnelle, et qu’ils s’efforcent d’assurer au Gouvernement provisoire, autant qu’il dépendra d’eux, la considération dont il a besoin ;

4° Ils doivent se pénétrer du principe que, pour conserver la paix à la Grèce, et y prévenir le retour de l’anarchie qui a failli causer sa ruine avant l’intervention des trois Cours, il est indispensable qu’un parfait accord règne entre eux, et que, dans les moments de crise et de difficulté, cet accord peut seul les mettre à même de rendre les services que les trois Cours attendent de leur zèle ou de leurs lumières ;

5° Un des premiers objets que les trois Cours se sont proposés dans le Traité de Londres du 6 juillet 1827, a été l’extinction de la piraterie dans les mers de la Grèce. Elle doit y être réprimée avec toute l’énergie possible, si elle vient à s’y manifester encore. Les commandants des forces navales des trois Cours ne tolèreront la navigation d’aucun bâtiment Grec, sans exception quelconque, qui ne serait pas muni de patente et de papiers de mer en règle par l’autorité compétente, laquelle doit, comme de raison, délivrer lesdits papiers suivant les lois et règlement qui régissent cette matière en Grèce ;

6° La Conférence s’est occupée de la demande d’un subside qui lui a été adressée au nom du Gouvernement provisoire de la Grèce, subside qui devait être fourni à compte de l’emprunt que les trois Cours se sont réservé de garantir à la Grèce.

Il a été décidé que cette demande serait soumise aux trois Cours elles-mêmes ; et il est resté convenu que chacune des trois Cours se regarderait comme pleinement autorisée à faire de telles avances si elle le jugeait convenable, soit en se concertant à cet égard avec ses deux Alliés au sein de la Conférence de Londres, soit en se bornant à prévenir la Conférence de l’envoi du subside que ladite Cour aurait cru devoir accorder au Gouvernement de la Grèce.

7° En donnant communication du présent protocole au Gouvernement de la Grèce, les Résidents des trois Cours sont autorisés à annoncer que la Conférence s’occupe déjà du choix d’un prince souverain, et qu’elle espère pouvoir en convenir incessamment.



TALLEYRAND.

PALMERSTON.

LIEVEN.

MATUSZEWIC.





******************************************


D'après le recueil des Traités de la France par M. Jules de Clercq édité par A. DURAND et PEDONE-LAURIEL, Editeurs - Paris - 1880









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement