Optimisé pour
Espace de téléchargement







COLLECTION PHILIPPE MAILLARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










L A S

DE GABRIEL-MARIE DE TALLEYRAND

PRINCE DE CHALAIS

A

M. D'ARGENSON

EN DATE DU

11 MARS 1745

SUR LA SITUATION FINANCIERE

DE SA FAMILLE







Paris, ce 11 mars 1745

Je prends la liberté, Monsieur, d’écrire au Roi sur la perte que nous venons de faire du marquis de Talleyrand et de lui représenter la malheureuse situation dans laquelle se trouve la veuve et six enfants qui sont vis-à-vis de rien. Le marquis de Talleyrand ayant mangé le bien de sa femme et une partie du sien au service de Sa Majesté.

J’ai l’honneur, Monsieur, de vous envoyer ma lettre à cachet volant pour que vous ayez la bonté de la lire et de la remettre au Roi si vous la trouvez bien, oserai-je vous prier, Monsieur, de vouloir bien vous intéresser en faveur d’un ancien nom qui a toujours servi ces maîtres avec zèle et attachement ; on ne peut pas reprocher à ce malheureux qui vient de périr [d’]avoir dérogé à ses sentiments et sa mémoire pourrait et devrait bien mériter les bontés du Roi pour ce que le père laisse après lui, le comte de Périgord a déjà fait cinq campagnes et quoi qu’il soit bien jeune, le nom qu’il porte le rend recommandable dans le régiment de Normandie, et il est à croire que le régiment se gouvernerait avec lui comme il faisait avec son père et dans la misère où est cette branche, un objet de vingt-cinq mille écus qui est le prix du régiment de Normandie serait quelque chose pour le comte de Périgord, toute ma consolation dans cette occasion et l’espérance que j’ai dans les bontés de la justice du Roi surtout, Monsieur, si vous voulez bien appuyer mes demandes et contribuer au soulagement d’une maison qui n’est occupée que de son respect pour son Roi, ne me refusez pas vos sollicitations et soyez persuadé de la vive reconnaissance avec laquelle je suis, Monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur.

Le prince de Chalais.





Vous trouverez ci-dessous la lettre de Gabriel-Marie à Louis XV, ce qui prouve que M. d'Argenson n'a pas remis la lettre au Roi.

P. S. Ces deux lettres proviennent de la famille d'Argenson.









******************************************


COLLECTION PHILIPPE MAILLARD










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement