Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










NOTE

DU PRINCE DE BENEVENT

ADRESSEE

A

LORD LAUDERDALE

MINISTRE PLENIPOTENTIAIRE

DE GRANDE BRETAGNE

EN DATE DU

18 SEPTEMBRE 1806







Le soussigné ministre des relations extérieures a mis sous les yeux de S. M. l’EMPEREUR, ROI D’Italie, la note que S. Exc. milord comte de Lauderdale, ministre plénipotentiaire de S. M. britannique lui a fait l’honneur de lui adresser le 13 de ce mois.

S. M. l’EMPEREUR ET ROI voit avec peine que la négociation semble prendre chaque jour une direction rétrograde, et elle peut difficilement s’expliquer à quel but désire arriver le gouvernement anglais.

D’abord on a mis en avant, comme règles convenues, et l’on a voulu faire reconnaître des formes surannées, dont le texte et le fonds n’avaient jamais été admis ni même discutés par le Gouvernement français, et lorsque cette difficulté a paru écartée, et que MM. les plénipotentiaires français ont fait pressentir des sacrifices qui constatent de plus en plus les dispositions de leur Gouvernement pour la paix, on revient à des points antérieurs à la négociation, et l’on reproduit une question qui trois fois avait été décidée, d’abord par les pouvoirs donnés à M. d’Oubril, et dont MM. les plénipotentiaires de S. M. britannique ont eu connaissance depuis, par les pouvoirs que l’Angleterre avait donnés à milord comte de Yarmouth, et enfin pour la troisième fois par ceux de milord comte de Lauderdale. Il était, ce semble, permis de penser qu’une discussion terminée avant les premières conférences de MM. les négociateurs et décidée même par le fait seul de leur négociation, ne se représenterait plus.

Toutefois S. M. l’EMPEREUR, voulant donner une nouvelle preuve de ses constantes dispositions pour le rétablissement de la paix, adhère à la proposition suivante : « Que les négociations entre la France et l’Angleterre continueront, et que le ministre plénipotentiaire de S. M. le roi de la Grande-Bretagne pourra introduire dans le traité, soit comme article patent, , soit comme article secret, , soit dans toute autre forme qui remplirait le même but, tout ce qu’il croira utile pour concilier les différends qui existent entre la France et la Russie, et pour la faire participer aux bienfaits de la paix ; bien entendu qu’on admettra que des propositions respectivement honorables, et ne portant aucune atteinte à la puissance réelle, à la dignité des deux Empires, et qu’on ne verra plus reproduire les propositions étranges que M. de Novosilzoff avait eu à faire de la part de la Russie, et qui, ayant signalé l’origine d’une coalition vaincue et confondue dès sa naissance, doivent être oubliées avec elles. Il est des propositions qui n’étant que le résultat d’une aveugle confiance et d’une espèce d’enivrement, et n’étant fondées ni sur la force réelle des Etats, ni sur leur situation géographique, sont privées de tout caractère pacifique, et portent avec elles leur réprobation.

La France ne doit abandonner ni les intérêts de l’Empire ottoman, ni une position qui la mette à portée de soutenir cet Empire contre les agressions dont la Russie la menace ouvertement ; mais tous ces objets destinés à entrer dans les dispositions du traité, devant être réservés pour la discussion, le soussigné ne cherchera pas à anticiper sur les résultats qu’elle doit avoir.

Si, depuis les changements survenus dans le cabinet de S. M. britannique, on continue en Angleterre à vouloir la paix, la paix peut se faire et se faire promptement. L’EMPEREUR ne s’arrêtera point à quelques sacrifices pour l’accélérer et la rendre durable ; mais si les dispositions pour la paix avaient changés à Londres, si les vues sages et libérales, développées dans les premières communications qui ont eu lieu avec l’illustre ministre que regrettent les deux nations, ne prévalaient plus, une discussion vague, des prétentions immodérées et des propositions ambiguës s’écartant du ton de franchise et de noblesse nécessaire pour conduire à un rapprochement véritable, ne feraient qu’aigrir davantage, et seraient indignes des deux peuples.

La France ne prétend donner la loi ni à la Russie ni à l’Angleterre ; mais elle ne veut la recevoir ni de l’Angleterre ni de la Russie. Que les conditions soient égales, justes, modérées, la paix est faite ; mais si l’on se montre impérieux, exagéré, si on affecte la suprématie, si enfin on veut dicter la paix, l’EMPEREUR et le Peuple français ne relèveront pas même ces propositions. Confiants en eux-mêmes, ils diront ce qu’un ancien peuple répondit à ses ennemis : « Vous demandez nos armes, venez les prendre. »

Le soussigné a l’honneur de renouveler, etc.

Signé, Ch. Mau. TALLEYRAND, prince de Bénévent.

******************************************


in MONITEUR N° 330 - 1806










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement