Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DE TALLEYRAND,

A

ROBERT LIVINGSTONE

AMBASSADEUR DES ETATS-UNIS EN FRANCE

EN DATE DU

1 GERMINAL AN XI

[21 MARS 1803]

SUR LA LOUISIANE





Paris, 1er germinal an 11 [21 mars 1803]

Monsieur,

Je vois, avec plaisir, par les dernières lettres de la légation française aux Etats-Unis, que l’esprit de fermentation élevée dans ce pays au sujet de la Louisiane, a été ramené par la sagesse de votre Gouvernement, et la juste confiance qu’il inspire, à cet état de calme qui est le seul propre aux discussions, et qui, dans les rapports de sentiments et d’intérêt existants entre les deux peuples, ne peut que les conduire à s’entendre sur de simples difficultés de circonstance, et à resserrer de plus en plus les liens de leur mutuelle union. Je dois vous avouer, monsieur, que, dans cet état qu’on a donné, il y a peu de temps aux affaires relatives à la Louisiane ; il a été difficile de reconnaître les anciens sentiments d’attachement et de confiance que la France a toujours ambitionné d’inspirer aux peuples des Etats-Unis, et qui, depuis le premier moment de leur existence comme nation indépendante et souveraine, a toujours placé chez elle les rapports politiques de la France au-dessus de toute autre espèce de relations politiques.

Qu’a, donc, pu avoir de désagréable pour la nation américaine, sous le rapport du commerce, et sous celui de la politique, le voisinage de la France ? La république française a-t-elle jamais montré le désir d’arrêter la prospérité des Etats-Unis, et porter atteinte à ce qu’elle a droit d’exercer d’influence, d’affaiblir ses moyens de sûreté, et de mettre obstacle aux progrès de son commerce ? Votre Gouvernement, monsieur, doit être très persuadé que le Premier Consul porte à la nation américaine la même affection dont la France a été de tout temps animée, et qu’il met au nombre des avantages que nous devons retirer de la possession de la Louisiane celui d’avoir à sa disposition de nouveaux moyens de convaincre le Gouvernement et le peuple des Etats-Unis de ses bonnes et amicales dispositions à leur égard.

Je dois, monsieur, pour le moment présent, me borner à vous faire cette déclaration, qui doit suffire aux inquiétudes que vous m’exprimez dans vos dernières lettres. Le sujet n’en est pas établi sur des informations assez étendues pour autoriser une explication détaillée. En m’annonçant, d’ailleurs, le départ prochain de M. Monroe, nommé ministre extraordinaire pour discuter cet objet, vous me donnez à conclure que votre Gouvernement désire que ce ministre soit attendu et écouté, parce que toute matière susceptible de contradiction soit complètement et définitivement discutée. En attendant, monsieur, le Premier Consul me charge d’assurer votre Gouvernement, que, bien qu’il ne pense pas que notre nouvelle position à la Louisiane puisse être un objet de sollicitude, ni apporter le moindre dommage aux Etats-Unis, il accueillera le ministre extraordinaire que Monsieur le Président lui envoie avec le plus grand plaisir, et qu’il espère que sa mission se terminera à la satisfaction des deux états.

Je profite, en même temps, monsieur, de cette occasion, pour vous renouveler l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.


**************************************

in AMERICAN STATE PAPERS - 1797-1806








RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement