Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










SQUR LE DISCOURS

DE M. TALLEYRAND,

CI-DEVANT EVEQUE D'AUTUN

SUR LA MORT DE LA PRINCESSE TALLEYRAND





Pourquoi, au lieu de t’appeler Talleyrand, ne t’appelles-tu pas Tolérant, car ce nom conviendrait foutre mieux à la sagesse de tes opinions ? Je t’aimais bien, respectable pasteur ; toi, qui le premier tricota les mailles solides du divin filet avec lequel la nation pauvre, avilie, mais intrépide, fit cette prise admirable, plus étonnante encore que la pêche miraculeuse de Saint-Pierre ; je t’aimais bien, mais je t’aime encore davantage aujourd’hui que tu marches plus que jamais, quoique boiteux, dans le droit chemin.

Le plus jeune des prélats, celui qui, plus que ces vieilles barbuches accoutumées aux jouissances de ce monde, auraient dû chercher à les conserver soigneusement, a montré le premier, avec une fermeté digne des plus grands éloges, l’abus déshonorant des richesses dans les successeurs des disciples d’un Dieu, qui, le jour de Pâques même, avait à peine de quoi payer l’agneau qu’il mangea avec délices, en buvant peut-être de la ripopée avec ces pauvres amis.

Ah, Talleyrand ! tu forces aujourd’hui ces vils scorpions de la calomnie, qui cherchaient à te piquer sans cesse, à rentrer dans le fumier qui les vit naître ; ton discours plein de vérités, ce discours où tu prêches la tolérances, m’a foutre enchanté ; ce jour, où ta bouche vraiment éloquente le prononça à la face des risibles cagots qui pestaient de rage, j’ai bu à ta santé de bien bon cœur. C’est peu de choses, que l’hommage d’un vieux bougre, tout crasseux de la terre de ses fourneaux ; mais, enfin, c’est toujours quelque chose.

Combien était risible après toi, qui venait d’enchaîner tes auditeurs par ton éloquence entraînante, cet imbécile fanatique, dont la lourde mâchoire annonça la pesanteur de son génie, et qui, croyant voir la grande bête de l’Apocalypse dans la tribune, était la seule qu’on y entendit hurler.

Comme ton discours sur la tolérance (1) est sublime ! Tu vas sans doute être déchirer par Ravaillac Royou, l’assassin de la liberté, qu’il réclame sans cesse pour avoir le droit de la combattre avec autant de scélératesse que d’impunité ; mais les tourbillons de guêpes qui bourdonnent, empêchent-ils que l’astre de jour nous éclaire, réchauffe la nature, et parcoure majestueusement l’univers qui l’admire. Ils ont beau faire ces venimeux animaux ; je les vois, les bougres, dans la boue, quand la gloire te soutient en dépit de leur dégoûtant clabaudage.

Note

(1) J’ai vu avec une grande satisfaction que les idées que j’avais eues sur la vente de l’église des Théatins étaient justes. J’avais bien raison de dire : s’ils prêchent une bonne morale, nous les écouterons ; s’ils font des singeries, nous nous foutrons d’eux, s’ils prêchent la révolte ou le mépris des lois, nous les ferons punir. Eh ! laissons les faire ! vendons, vendons. C’est de l’argent qu’il nous faut

Signé, le plus véritable des véritables Père DUCHÊNE, marchand de fourneaux.

A Paris, de l’imprimerie de Chalon, rue du Théâtre Français - 1791.

******************************************


COLLECTION PHILIPPE MAILLARD









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement