Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

GENERAL SEBASTIANI

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

6 JUIN 1831







Londres, le 6 juin 1831.

Monsieur le comte,

Un courrier anglais, expédié de Bruxelles, a apporté cette nuit une lettre par laquelle M. le général Belliard m’annonce que, dans la séance du 4, le congrès a élu le prince Léopold de Saxe-Cobourg roi de la Belgique, à la majorité de cent cinquante-cinq voix contre quarante-quatre, et qu’une députation de dix membres, présidée par M. de Gerlache, allait se rendre à Londres pour porter au prince le résultat de cette délibération.

Si, comme j’ai déjà eu l’honneur de vous le mander dans ma lettre du 4, les agents français et anglais avaient quitté Bruxelles le 1er juin, ainsi que le leur prescrivaient les instructions de leurs gouvernements et celles de la conférence, cette détermination aurait probablement produit sur les Belges un effet moral tel qu’il aurait pu dispenser de l’emploi de la force ; mais nous sommes entrés maintenant dans un nouvel ordre de faits qui exige l’examen d’autres questions.

Les nouvelles de Belgique qui avaient été reçues depuis quelques jours et l’arrivée du courrier de cette nuit ont donné lieu à une conférence. La conduite de lord Ponsonby dont, au surplus, les bonnes intentions ne sont pas mis en doute, a été unanimement blâmée, comme étant en opposition avec ses instructions, et son rappel immédiat a été décidé. Je joins ici copie de la lettre qui lui a été envoyé par un courrier qui partira dans quelques heures ; elle n’indique pas les motifs de son rappel, parce que la conférence a pensé qu’en les laissant dans le vague, ils produiraient plus d’effet et que chaque parti pourrait leur donner une interprétation particulière.

Les vues qui unissent si intimement la France aux résolutions des autres puissances, et les instructions qui, récemment encore, viennent d’être transmises au général Belliard, ne permettent pas de douter qu’il quittera Bruxelles en même temps que lord Ponsonby. Quant à M. Lehon, qui se trouve probablement à Paris en ce moment, je crois devoir vous faire observer que son gouvernement ayant donné à celui du roi de justes motifs de mécontentement, il ne paraît pas possible qu’il reste en France après le départ du général Belliard. J’ajouterai, au surplus, que le protocole numéro 22, qui avait eu à prévoir une partie des événements qui se réalisent aujourd’hui, a déclaré que dans le cas où lord Ponsonby serait forcé, par la conduite des Belges, à quitter Bruxelles, leur envoyé qui se trouve à Londres serait engagé à partir sans nul retard. Lord Palmerston en a fait la demande ce matin.

La conférence a passé ensuite à l’examen des mesures que la position prises par les puissances vis-à-vis de la Belgique pourrait les mettre dans la nécessité d’adopter ; mais les plénipotentiaires ont jugé d’abord qu’il était indispensable de connaître les intentions du gouvernement du roi sur différents points que je vais avoir l’honneur de vous indiquer, et sur lesquels je vous prie de bien vouloir bien me donner des réponses dans le délai le plus court possible.

Le premier de ces points, ou la première question, a pour objet de savoir quelles sont les mesures coercitives que le gouvernement de Sa Majesté peut adopter à l’égard des Belges, sans qu’elles offrent pour lui des inconvénients.

deuxième question. – Ces mesures consisteront-elles à faire sortir des troupes hors du territoire français, ou à réunir des forces sur la frontière de la France ?

A cet égard, je crois devoir faire observer que dans mon opinion, il suffirait de rassembler des forces sur notre frontière : d’abord, parce que des troupes ainsi réunies peuvent toujours entrer, s’il est nécessaire, sur le territoire voisin, et parce qu’ensuite leur seule présence peut produire l’effet qu’on chercherait à obtenir. J’ajouterai que ces troupes devraient être des troupes de choix placées sous le commandement d’un chef ferme et prudent.

Troisième question. – Une escadre française prendra-t-elle part au blocus des côtes et des ports de la Belgique ?

Il me semble que si les puissances se décident pour ce blocus, il est convenable que la France y prenne part, et que ses forces agissent de concert avec celles de l’Angleterre. Je crois pouvoir vous rappeler que vous aviez eu l’idée de faire concourir ainsi les forces maritimes des deux nations, à l’époque où il s’agissait de faire lever le blocus d’Anvers à l’escadre hollandaise.

Les réponses que vous voudrez bien faire à ces différentes questions me mettront à portée de satisfaire aux demandes que la conférence pourra m’adresser. Il existe entre les puissances un parfait accord de vues et de dispositions, parce qu’elles veulent toutes se maintenir dans la même position et remplir des engagements qui leur sont communs, parce que la France, l’Angleterre et la Prusse, plus spécialement appelées par leur situation à exécuter ces engagements réciproquement obligatoires, tiennent à mettre en parfaite harmonie leurs détermination.

Il y a ici un agent de dom Miguel, qui est venu prier le gouvernement anglais de s’interposer dans ses différends avec la France. Il lui a été répondu que le gouvernement ne voulait pas intervenir dans cette discussion, mais que s’il avait un conseil à donner au gouvernement du Portugal, c’était de céder aux demandes de la France. Les choses en sont restées là.

Recevez…

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


in MEMOIRES DE TALLEYRAND










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement