Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

GENERAL SEBASTIANI

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

24 MAI 1831







Londres, le 24 mai 1831.

Vous m’avez fait l’honneur de me mander le 21 de ce mois, que le gouvernement du roi avait appris avec satisfaction que la conférence s’était attachée au projet d’entamer une négociation relativement à la cession du Luxembourg à la Belgique. Vous aurez vu par le protocole numéro 24, joint à ma dépêche du 22, la suite qui a été donnée à cette idée qui devient un moyen d’avancer les affaires des Belges s’ils savent l’apprécier et en profiter en temps convenable.

Il ne serait pas entièrement exact, monsieur le comte, d’attribuer seulement à lord Ponsonby et à l’impression qu’il a produite sur la conférence l’adoption de la mesure à laquelle elle vient de s’arrêter : la lettre que j’avais reçue de M. le général Belliard et que j’ai communiqué à la conférence a produit beaucoup plus d’effet que l’exposé de lord Ponsonby ; j’en ai pour preuve l’attention avec laquelle elle a été écoutée et la demande que m’a faite lord Palmerston d’en donner une seconde lecture. Quelles que soient au surplus les circonstances qui ont agi sur l’esprit des plénipotentiaires, et quels que soient les moyens qui ont été employés, je crois que nous avons d’autant plus à nous féliciter de la décision qui a été prise que je n’aurais peut-être pas espéré l’obtenir la veille de la conférence, même quelques heures auparavant. Je pense, au reste, que la lassitude comme le besoin de finir ont pu y contribuer.

Je n’ai jamais compris que les rapports qui pourront subsister encore entre le grand-duché de Luxembourg et la Confédération germanique s’appliquassent à autre chose qu’à la forteresse, car il serait impossible que la Belgique étant neutre, sa neutralité ne s’étendît pas au territoire du grand-duché de Luxembourg, comme aux autres acquisitions qu’elle pourrait faire par la suite.

J’ai eu l’honneur de voir ce matin le prince Léopold. Il m’a annoncé le départ de lord Ponsonby, dont je me suis assuré depuis. Ainsi, l’affaire de Belgique marche maintenant vers une solution à laquelle on pourrait facilement arriver, si on voulait sainement apprécier à Bruxelles toute la condescendance que les puissances, dont la conférence est l’organe, viennent de montrer aux Belges ; car il est impossible de ne pas reconnaître que leur gouvernement a maintenant de justes motifs d’être satisfait, et des moyens de répondre aux exigences des factieux qui l’entourent. Enfin, les points principaux de difficultés sont aplanis et il ne reste plus que des conséquences à régler. Néanmoins, le prince Léopold sent, comme moi, que nous ne sommes pas encore sortis de la crise, et nous avons calculé qu’elle se prolongerait probablement jusqu’à mardi de la semaine prochaine, 31 mai, veille du jour où expire le délai qui a été donné aux Belges pour faire connaître leur décision définitive.

L’entretien que j’ai eu avec le prince Léopold m’a encore fourni de nouvelles preuves de sa résolution d’accepter la souveraineté de la Belgique, résolution qui est toujours calculée sur le cas où les Belges accepteraient les bases fixées par le protocole du 20 janvier ; dans l’hypothèse contraire, le prince ne se regarde pas comme engagé.

P. S. – Le conseil de Sa Majesté Britannique a arrêté, hier, des mesures de quarantaine relatives au choléra-morbus ; elles prouvent que son Gouvernement porte son attention sur la marche de cette maladie dans le Nord de l’Europe. J’ai l’honneur de vous envoyer la gazette officielle qui vient de paraître et qui contient la décision du conseil.

Recevez…

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


in MEMOIRES DE TALLEYRAND










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement