Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DE

TALLEYRAND,

A

LA DUCHESSE DE DINO

EN DATE DU

13 MAI 1836





[Paris] 13 mai 1836

Madame de Laval est très bien ; elle part décidément lundi : Zoé fait les paquets.

Pauline et moi seront sur la route d’Orléans mardi ; Pauline partira à six heures du matin, et elle ira coucher à Beaugency au grand cerf – moi, j’irai coucher à Orléans et mercredi nous serons tous à Valençay. Notre nouveau médecin vient avec Hélie dans ce qu’on appelle la chaise de M.

Le mariage du jeune Villars est rompu ; lady Jersey est fort irritée, c’est la jeune personne qui a déclaré qu’elle refusait. On a retrouvé dans des vieux recueils du temps de la régence, des vers sur l’Espagne qui méritent une place dans le gros livre rouge du salon de Rochecotte ; les voici :

Le destin de l’Espagne est toujours de nous nuire

Et le siècle à venir aura peine à juger

S’il nous a plus coûté de la vouloir détruire

Ou de la vouloir protéger.

Cela n’a-t-il pas l’air d’être fait hier ?

C’est aujourd’hui la grande séance de la chambre sur les mouvements.

Toutes les irritations sont en présence. Si la séance finit avant l’heure de la poste, je vous en manderai le résultat.

Votre lettre pour Thiers lui a été remise ce matin : j’en ai joint une, suivant vos ordres.

Je crois qu’il dine ici demain avec Frédéric Laury et madame de Lieven. Ce dîner-là donné, la marmite est renversée.

J’irai aujourd’hui faire mes adieux au roi.

On n’a point encore de lettres de l’arrivée des princes à Berlin.

Adrien part demain avec sa femme.

Pauline a fait toutes ses visites d’adieux. Je crois qu’à votre arrivée à Valençay une lettre de vous à Adrien le décidera à venir y passer quelques jours avec madame de Lieven. Ce sera un repos pour vous.

Vous fait-on mal de refermer votre basse cour ?. La [] faite devient bien fière au moment où on l’habite ; et en soi cela coûte peu. M. Royer m’avait dit qu’il viendrait aujourd’hui. Il n’a point encore paru : je suppose que c’est la séance de la chambre qui lui fait prendre une autre direction.

L’écho vous apprendra que les prisonniers de [?] sont malades.

Demain je fais dîner Thiers avec le duc de Noailles, et ce sont eux qui sont le motif de cet arrangement.

M. Royer arrive. Adieu à demain. Je vous embrasse et aime.

Pauline est très bien.





******************************************









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement