Optimisé pour
Espace de téléchargement







Collection particulière.
Avec l'aimable autorisation de M. Henri CHEL, membre des Amis de Talleyrand.




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










COPIE

DE

2 LETTRES

DU COMTE A. DE T***

A TALLEYRAND

DU 15 AOUT 1815

SUR L'OCCUPATION DE LA REGION DE PONTARLIER

PAR LES SUISSES.



Paris, le 15 août 1815.


Monseigneur,

Avant de quitter Zurich, m’étant convaincu dans un voyage que je fis dans les premiers jours de juillet à Pontarlier, ainsi que j’en ai rendu compte à Votre Altesse, que les trente mille Suisses qui se trouvaient cantonnés dans les départements du Doubs et du Jura ruinaient ces contrées naturellement pauvres et que les plaintes que je recevais à cet égard étaient fondées, j’ai demandé à M. le Président de la Diète d’en retirer une grande partie et de n’y laisser que quatre mille hommes qui me paraissaient devoir suffire pour y maintenir la tranquillité et en imposer aux mécontents : cette demande me fut accordée à l’instant même. Lorsque je revins à Paris, il n’y avait déjà plus que quatre mille Suisses dans les environs de Pontarlier et dans les montagnes du Jura.

J’aurais facilement obtenu qu’ils retournassent également dans leurs foyers, mais j’ai craint si cette frontière était entièrement dégarnie de troupes que les alliés ne s’y établissent et ne s’emparassent des caisses que les Suisses respectaient.

Je dois à la Confédération helvétique la justice qu’elle s’est prêtée à cette demande avec infiniment d’empressement, quoique cette affaire n’ait été traitée que verbalement avec M. le Président de la Diète. Je n’ai voulu faire aucune démarche officielle pour obtenir la réduction de ces troupes dans la crainte de trouver de l’opposition de la part des ministres des puissances alliées qui peut-être n’auraient pas voulu consentir à ce que les forces que les Suisses avaient sur cette partie de notre territoire fussent diminuées à ce point.

J’ai l’honneur xxxxxxxx



Paris, le 15 août 1815.


Monseigneur,

En quittant Zurich, j’y ai laissé M. de Failly, chevalier de Saint-Louis, et l’ai chargé de suivre en mon absence les affaires de cette légation. L’estime générale et la considération dont il jouit soit dans les cantons, soit parmi le corps diplomatique, me fait espérer que V. A. daignera acquiescer à la demande que j’ai pris la liberté de lui faire lorsqu’elle était à Vienne de lui accorder la place de secrétaire de légation vacante par la retraite de M. Rouyer.

M. de Failly ayant toujours été avec moi dans cette mission, m’y ayant en quelque sorte servi de secrétaire intime, connaît parfaitement ce pays puisque les affaires que j’y ai traité pendant sept ans lui ont toutes passées par les mains. Je ne crois pas que S. M. puisse faire un choix qui plaise davantage aux Suisses, ni trouver un sujet qui lui soit plus dévoué.

M. de Failly est mon ami depuis bien longtemps. Je puis répondre de lui comme de moi. V. A. en m’accordant pour lui cette faveur, augmentera infiniment le prix que j’attache à la mission de Suisse et me faciliterait les moyens de réussir dans les négociations que je puis être par la suite chargé de traiter avec les cantons.

J’ai l’honneur d’être avec respect Mgr de V. A. le t. h. et t. o. s.

Signé le Cte Ate T***.




******************************************









RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement