Optimisé pour
Espace de téléchargement





TALLEYRAND D'APRES GERARD




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

GENERAL SEBASTIANI

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

3 AVRIL 1831







Londres, le 3 avril 1831

Monsieur le comte,

J’ai dû voir hier lord Palmerston avant son départ pour la campagne. Je lui ai parlé de nouveau de la nécessité dans laquelle on se trouvait de s’entendre sur le choix du prince qui devait être appelé à gouverner la Belgique ? J’ai pu lui représenter tous les inconvénients attachés au choix du prince d’Orange, dont les partisans (à la vérité en très petit nombre) fomentaient en ce moment des troubles, et lui faire entrevoir les suites fâcheuses que pourrait entraîner son élection. Sans tout à fait nier les inconvénients, il m’a dit qu’il y aurait aussi quelques avantages. « Pas d’autres, lui répondis-je, que la reconnaissance de la Russie ; et cette reconnaissance viendra nécessairement un peu plus tard, car du moment que l’indépendance du pays est reconnue, il faudra bien qu’on reconnaisse aussi le souverain.

-- Mais, du reste, m’a-t-il dit, tout cela s’arrangera quand les limites de la Belgique seront fixées ; c’est là qu’est aujourd’hui la difficulté. Nous attendons avec impatience la réponse de votre Gouvernement à ce sujet.

Les retards donnent aux intrigants l’occasion de s’agiter et de continuer le désordre ; j’ai écrit à lord Granville pour l’engager à presser votre Gouvernement de donner une réponse. »

Je lui ai dit que la réponse la plus pressée avait été faite, que vous aviez tenu un langage très ferme aux Belges, et que vous ne leur aviez pas caché que vous aviez consenti à la délimitation de la Hollande et de la Belgique, telle qu’elle est établie dans les protocoles de Londres : j’ai ajouté, comme vous me l’avez mandé, que le grand-duché de Luxembourg devait appartenir à la Maison de Nassau, et que le duché de Bouillon seul restait en discussion.

Un lettre de lord Ponsonby, que lord Palmerston venait de recevoir, lui apprenait que le mouvement à la tête duquel était le colonel Borremans était fini ; et il ajoutait, dans sa lettre, que le Régent avait dit que si la France se prononçait dans le même sens que les quatre puissances, il ne doutait pas que les gens sensés du Congrès sentissent qu’il fallait adopter le protocole du 20 janvier. Ce qui, au reste, dans mon opinion sur le vœu de l’Angleterre relativement au choix du souverain de la Belgique, est plutôt négatif que positif. Elle ne voudrait ni tel, ni tel ; mais elle ne désire vivement personne.

Ayant dû regarder votre lettre confidentielle comme non avenue, j’attends à cet égard de nouveaux ordres.

Recevez, Monsieur le Comte, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.


******************************************


in CORRESPONDANCE AMBASSADE DE LONDRES 1830-1834










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement