Optimisé pour
Espace de téléchargement








MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 10




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

COMTE SEBASTIANI

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

10 JANVIER 1831







Londres, le 10 janvier 1831

Monsieur le Comte,

Si vous voulez vous faire représenter le protocole tenu par la Conférence de Londres le 20 février 1830, sur les affaires de la Grèce, vous trouverez à l’article 4 de ce protocole quelle sorte d’engagement a été contractée par le plénipotentiaire français relativement à l’emprunt de 60 millions au profit des Grecs. Il sera nécessaire aussi d’examiner la lettre écrite le 3 mai 1830 au prince Léopold par les trois plénipotentiaires : il résulte de cette lettre que ce n’est pas précisément une garantie collective à laquelle les plénipotentiaires se sont engagés, mais bien une garantie de 20 millions pour chaque puissance. Vous n’aurez pas d’après cela à vous occuper de lever un emprunt soit à Londres soit à Paris puisque vous n’êtes que garant, c’est seulement dans le cas où les Grecs ne rempliraient pas leurs engagements, que vous seriez obligés d’effectuer votre garantie.

Vous aurez remarquer, Monsieur le Comte, dans le protocole de notre séance d’hier que je vous ai envoyé par le courrier St Romain que la Conférence a exprimé assez sévèrement son mécontentement cpontre le roi de Hollande et ses intentions à son égard s’il continuait à élever des difficultés sur l’exécution de ses engagements.

J’ai particulièrement insisté près de la Conférence pour que le protocole fut rédigé en ce sens, parce que je suis convaincu que c’est le roi de Hollande qui cherchera toujours à entraver notre marche, il désire évidemment la guerre ; il faut lui ôter les moyens d’y entraîner les puissances, et pour cela il est nécessaire de le désintéresser ou de lui en imposer ; en tout il faut finir avec lui. Aussi je persiste à croire que si nous parvenons à arranger les affaires de la Belgique en commun avec les autres cabinets et à faire signer l’acte de cet arrangement par l’ambassadeur de Russie comme pour les autres plénipotentiaires, nous sommes assurés que l’Empereur ne sortira pas de ses frontières et que la paix sera maintenue.

Recevez, Monsieur le Comte, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 10










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement