Optimisé pour
Espace de téléchargement







MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 10




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

COMTE MOLE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

15 OCTOBRE 1830







Londres, le 15 octobre 1830

Monsieur le Comte,

Le portefeuille d’hier soir, comme celui qui vous est parvenu le 29 du mois dernier, est arrivé à l’ambassade avec un cadenas fort endommagé que vous remettra Monsieur le Comte de la Rochefoucauld.

Cette coïncidence est étrange, il y avait hier cette différence que le cadenas a été brisé sans être ouvert et que les dépêches étaient intactes et renfermées dans la poche. Les combinaisons du cadenas n’ayant plus de jeu par suite de la tentative faite pour le forcer, j’ai fait limer la chaîne de la valise. Le courrier interrogé a comme le premier déclaré qu’il n’avait éprouvé ni accident ni violence sur sa route ; que parti de Calais le 14 à huit heures du matin, il était arrivé à Douvres à 11 heures et demi et avait quitté cette ville en poste à midi. C’est à 8 heures du soir qu’il est arrivé à Londres. Il avait reçu du directeur de la Poste le portefeuille le 13 au soir. Il y a là abus. L’on ne devait le remettre aux courriers qu’au moment même du départ du paquebot.

J’ai à peu près la conviction, M. le Comte, que cette violation de notre correspondance n’a pas lieu en Angleterre et que l’enquête doit porter surtout sur le trajet de Calais à Paris ; il me parait urgent qu’elle soit rigoureuse et que quelque mesure nouvelle soit prise pour le transport du portefeuille. De mon côté je surveillerai strictement les courriers, mais je dois dire que je n’ai point lieu de me plaindre d’eux. M. de Vaudreuil m’a dit du bien d’eux tous et personne ici ne croit qu’il y ait eu de leur part quelque tort. Je le répète, je voudrais seulement que le portefeuille ne leur soit remis qu’au moment où ils montent sur le paquebot.

Recevez, Monsieur le Comte, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 10










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement