Optimisé pour
Espace de téléchargement








MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

COMTE SEBASTIANI

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

5 SEPTEMBRE 1831







5 septembre 1831

Monsieur le comte,

Les embarras du ministère anglais, résultant de la présence des troupes françaises en Belgique, semblent augmenter chaque jour ; jusqu’ici il est parvenu à écarter les demandes qui lui ont été faites par l’opposition en s’appuyant sur les assurances qu’il avait reçues du gouvernement du Roi, et dans lesquelles il avait une entière confiance mais il sent qu’on va lui adresser les questions les plus pressantes sur l’exécution de nos engagements et il craint d’être forcé de s’expliquer sur ce point de manière à ne pas satisfaire complètement les exigences de l’opinion publique et son désir de conserver des rapports intimes avec nous.

Il serait extrêmement fâcheux que le ministère se trouvât dans la nécessité de demander officiellement le retrait des troupes françaises car, si cette démarche avait lieu, ce que je ferai tous mes efforts pour empêcher, le gouvernement serait dans l’alternative de refuser ou de consentir ; la première hypothèse pourrait amener des conséquences très étendues et peut-être funestes ; la seconde, réveillant les susceptibilités nationales, donnerait de graves embarras à notre administration.

Il me semble que le seul moyen que nous avions de prévenir ces difficultés était, depuis l’entrée des troupes du Roi en Belgique, de laisser tomber un voile sur cette expédition et sur les conséquences qu’elle pouvait avoir pour la France ; nous serions parvenus, ainsi, à amortir toute cette affaire et à atteindre dans le silence le but que l’on se proposait ; mais, on a cru voir dans des rapports venant de Bruxelles et de Paris une certaine répugnance à rappeler les troupes et cette impression nous a créé partout de nouveaux obstacles. J’y ai opposé la loyauté prouvée, dans plusieurs circonstances par notre gouvernement, mais je ne suis pas parvenu à calmer toutes les inquiétudes.

Une cause de difficulté que je dois encore signaler ici, c’est que vos informations de Bruxelles ne s’accordent pas avec ce que l’on sait à Londres. J’ignore à quoi peut tenir cette différence mais elle existe, et dépend d’une cause quelconque.

Agréez, Monsieur le Comte, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement