Optimisé pour
Espace de téléchargement








MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

COMTE SEBASTIANI

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

27 AOUT 1831







27 août 1831

Monsieur le comte,

J’ai reçu votre dépêche télégraphique du 24 et celle que le même jour vous m’avez fait l’honneur de m’écrire par estafette.

Je crois, M. le comte, devoir vous faire part de l’opinion que je me suis formée sur la situation actuelle de ce pays.

La guerre, personne ne la veut ; on est toujours disposé à l’éviter, cependant il y a plus d’inquiétude que je n’en ai vu depuis que je suis ici.

Le ministère a des embarras parce que l’opinion du pays s’est prononcé sur des affaires intérieures d’une manière qui le gêne.

On commence à se calmer sur la question de la réforme et les dernières élections de Dublin en ont été une preuve.

Le public s’est fort occupé d’un entretien du duc de Wellington avec lord Grey, provoqué par ce ministre. On a donné à cette entrevue plusieurs interprétations, mais je crois être sûr qu’il n’a été question entre eux que des places fortes de Belgique. Lord Grey a désiré savoir du duc quelles étaient les places fortes à la démolition desquelles l’Angleterre devait consentir.

Lord Wellington n’a point voulu répondre à cette question directe : il est borné à faire connaître à lord Grey les différents motifs qui avaient déterminé la fortification de chacune de ces places, abandonnant à lord Grey, le résultat à tirer de l’explication qu’il lui donnait.

Lord Grey n’a pas pu obtenir un mot de plus. On s’est quitté plus froidement qu’on ne s’était rencontré.

Je n’ai pas pu encore entretenir la conférence des points principaux dont vous m’ordonnez de conférer avec elle ; je ne crois pas pouvoir le faire avant mardi parce que la dernière fois que la Conférence s’est réunie, elle s’est ajournée jusqu’au moment où on aurait une réponse du roi de Hollande à la proposition d’armistice contenue dans le protocole N° 34. Cette réponse est présumée devoir arriver lundi.

Agréez, Monsieur le Comte, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

P. S. Je suis persuadé qu’il n’y aura point de difficulté de la part de l’Angleterre pour les 12 000 hommes que le roi Léopold et vous désirez conserver en Belgique.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 11










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement