Optimisé pour
Espace de téléchargement







MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 14




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

COMTE DE RIGNY

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

14 AOUT 1834







N° 93

Londres, le 14 août 1834

Monsieur le comte,

J’ai reçu la dépêche que vous m’avez l’honneur de m’écrire sous le N° 75.

J’ai demandé, d’après vos ordres, à lord Palmerston s’il avait fait faire au nom de son gouvernement des représentations à Madrid sur l’intention presque avouée du gouvernement espagnol d’opérer une réduction considérable de la dette étrangère. Il m’a répondu qu’après avoir consulté les avocats de la Couronne, il avait dû se borner à charger M. Villiers d’appuyer les réclamations des détenteurs anglais de fonds espagnols sous une forme officieuse et sans en faire une question de gouvernement à gouvernement. Il a ajouté que sa ferme intention était de se tenir dans cette mesure, malgré les nombreuses plaintes et réclamations particulières qui lui avaient été adressées.

Après notre conversation sur ce sujet, lord Palmerston m’a communiqué le discours que S. M. britannique doit prononcer demain à la séance de prorogation du Parlement. Il en expédie ce soir même une copie à M. Aston pour qu’il vous en donne lecture.

Toute la partie de ce discours relative à la politique extérieure me parait à peu près calqué sur celle du dernier discours du Roi à l’ouverture de nos chambres.

La phrase sur l’Orient rassurante quoiqu’assez vague ; celle sur la Belgique annonce que les négociations sont restées au même point depuis un an. Dans le paragraphe relatif à la péninsule, l’intime union qui existe entre la France et la Grande Bretagne y est rappelée ainsi que la part et l’intérêt que les deux Puissances prennent au rétablissement de la paix en Espagne.

En général le discours doit convenir, je pense, au gouvernement du Roi.

Agréez, Monsieur le comte, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 14










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement