Optimisé pour
Espace de téléchargement








MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

COMTE DE RIGNY

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

9 JUIN 1834







N° 60

Londres, le 9 juin 1834

Monsieur le comte,

J’ai bien reçu la dépêche que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire sous le N° 50, et j’ai appris par elle avec une bien grande satisfaction que vous aviez approuvé l’échange, tel qu’il a été fait, des ratifications du traité du 22 avril. J’espère que nous n’aurons point à nous repentir d’avoir procédé à cet échange.

Lord Palmerston auquel j’avais communiqué les observations contenues dans votre dépêche N° 49, relativement aux plaintes du gouvernement grec contre une mesure du gouvernement de Smyrne, m’a exprimé le désir de réfléchir sur ces observations. Il croit avoir quelques réponses à y faire, et m’a promis de m’en faire part très incessamment.

J’ai profité de cette occasion pour lui rappeler une de nos dernières conversations sur les affaires d’Orient dans laquelle je lui ai donné connaissance des deux projets exposés dans votre dépêche N° 41. Je l’ai trouvé cette fois beaucoup mieux disposé en faveur du premier de ces projets, celui qui consisterait dans la conclusion d’un traité entre la France et la Grande Bretagne, du genre de celui dont vous m’avez fait l’honneur de m’adresser. Il sent, m’a-t-il dit, la nécessité de faire quelque chose sur cette question et ne veut plus retomber dans la faute commise à la fin de 1832. Il a été convenu que ce projet de traité serait prochainement soumis au cabinet et que nous en parlerions ensuite.

Je ne puis pas vous promettre que cela se fasse très promptement, car on ne doit pas se dissimuler que le gouvernement anglais éprouve en ce moment des embarras intérieurs assez graves et qui absorbent presque entièrement l’attention des ministres. Les difficultés soulevées par la discussion du Bill sur l’église d’Irlande ont été plutôt reculées que surmontées par le changement ministériel, et il est presque impossible que l’administration actuelle parvienne à empêcher une collision entre les deux chambres du Parlement. La majorité obtenue par elle à la chambre des Communes los du rejet de la motion de M. Ward était composée de différentes nuances d’opinions dont quelques-unes ne votent pas habituellement avec le ministère, et qui l’abandonneront sur la question de l’église d’Irlande, s’il persiste à vouloir employer à tout autre usage qu’à celui de l’église nationale, les fonds qui resteront à la suite de la commutation des dîmes en Irlande. Il existe également dans la chambre des Pairs une majorité positivement hostile à cette mesure. Et cependant la majorité libérale aux Communes pourra bien contraindre le ministère à l’adopter.

Je me borne à vous exposer l’état présent des choses, Monsieur le comte ; l’avenir dépend de chances si variables qu’il serait impossible raisonnablement de prévoir comment cette crise finira. Ce qu’il y a de certain c’est que les ministres ne cachent pas leurs inquiétudes et que les journaux les plus accrédités agitent fortement l’opinion publique par leurs déclamations violentes. Vous aurez pu remarquer aussi, comme preuve de la situation vraiment critique du cabinet que plusieurs ministres se sont vus forcés d’émettre des opinions différentes sur la même question dans leurs discours aux deux chambres.

Agréez, Monsieur le comte, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement