Optimisé pour
Espace de téléchargement







MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

COMTE DE RIGNY

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

25 MAI 1834







N° 51

Londres, le 25 mai 1834

Monsieur le comte,

M. Triconpi, ministre de la Grèce à Londres, a adressé le 22 du mois dernier à la conférence pour les affaires de la Grèce la note dont j’ai l’honneur de vous transmettre une copie (N° 1).

La Conférence s’est réunie hier pour examiner en commun la note de M. Triconpi, et différents moyens ont été proposés sur la manière de donner aux représentants des trois Cours à Constantinople des instructions au sujet des faits énumérés dans cette note. J’avais exprimé le désir que ces instructions fussent rédigées comme les actes précédents de la Conférence, c’est-à-dire sous la forme de protocole ou de dépêche collective. M. le prince de Lieven a annoncé que les ordres de son gouvernement ne lui permettaient pas d’adopter cette forme.

Lord Palmerston pensait qu’il suffirait que chacun des membres de la Conférence communiquât directement au représentant de sa Cour à Constantinople les résolutions qu’il serait chargé de faire valoir près de la Cour ottomane.

Je n’ai point partagé cette opinion et j’ai proposé que la communication aux représentants des trois Cours, fût faite directement, avec ordre à son agent de s’entendre avec ses collègues afin que leurs démarches près de la Porte fussent identiques et prissent par là un caractère collectif qui pût en assurer le succès.

Ma proposition, qui vous semblera sans doute plus convenable, Monsieur le comte, a été adoptée par le prince de Lieven et lord Palmerston.

J’ai en conséquence l’honneur de vous envoyer des copies (N° 2 et 3) des lettres que lord Palmerston va écrire à lord Ponsomby ; je pense qu’il n’y a aucun inconvénient pour le gouvernement du Roi à écrire dans le même sens à l’amiral Roussin, en l’invitant à se concerter pour toutes les démarche dans cette affaire avec lord Ponsomby et M. Buckmann.

Agréez, Monsieur le comte, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement