Optimisé pour
Espace de téléchargement







MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

10 MARS 1834







N° 24

Londres, le 10 mars 1834

Monsieur le duc,

J’ai reçu la dépêche que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire sous le N° 19.

Vous ne devez pas douter de l’empressement que je mettrai à prêter mon concours à M. de Florida Blanca lorsqu’il sera arrivé à Londres. Je voudrais espérer que le gouvernement britannique, mieux éclairé sur les véritables intérêts de la péninsule et débarrassé des entraves que lui imposent les affaires intérieures de l’Angleterre, reconnaitra enfin la nécessité de renoncer à la neutralité qu’il a conservée en Portugal. Je me suis toujours efforcé de le diriger dans cette voie et je continuerai de le faire après l’arrivée de M. de Florida Blanca, mais j’avoue que jusqu’à présent, j’ai peu d’espoir que nous atteignions le but tant désiré par le gouvernement actuel de l’Espagne.

Lord Palmerston a reçu hier un courrier qui avait quitté Constantinople le 13 février. Lord Ponsomby annonce qu’il avait remis quelques jours avant une note au Reiss Effendi pour demander de nouvelles explications sur le sens de l’article séparé du traité du 8 juillet. Vous avez déjà connaissance de cette note, Monsieur le duc, et je ne vous en parle que pour vous faire remarquer qu’on s’attendait à ce qu’une réponse serait faite par la Porte dans des termes convenables, quoiqu’elle dût être dictée probablement par la légation russe. Lord Ponsomby pense que dans cette circonstance la simultanéité des démarches de la France et de la Grande Bretagne, rappelée réciproquement dans les deux notes, décidera sans doute l’agent russe à conseiller au gouvernement ottoman de s’expliquer dans la réponse aux deux Cours de manière à ne pas les mécontenter.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement