Optimisé pour
Espace de téléchargement







MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

14 FEVRIER 1834







N° 16

Londres, le 14 février 1834

Monsieur le duc,

J’ai reçu la dépêche que vous m’avez fait l’honneur de m’adresser sous le N° 11. J’ai vu lord Palmerston, et je lui ai parlé des différents points qu’elle renfermait. IL a trouvé que la réponse que vous aviez faite à la proposition du comte d’Appony, relativement aux réfugiés polonais qui se trouvent actuellement en Suisse, s’accordait parfaitement avec le langage que le ministère britannique tenait ici à l’ambassade d’Autriche, et il m’a assuré qu’il donnerait à M. Morier des instructions qui lui prescriraient de se mettre en dehors de toute démarche qui pourrait être faite par les légations des autres Puissances auprès de la Diète helvétique au sujet des réfugiés polonais. M. Morier devra aussi conseiller à la Diète d’user de tous les ménagements nécessaires, pour calmer les inquiétudes et la défiance des états limitrophes de la Suisse. Lord Palmerston lui ordonnera de se concerter avec le chargé d’affaires de France, sur ce qu’il ferait dans le cas de faire à cet égard. D’après l’opinion de lord Palmerston cette affaire ne doit pas être placée sous l’influence des gouvernements étrangers. C’est pour la Suisse une question de police intérieure, et elle doit être seule juge des mesures à prendre dans cette circonstance. En plaçant comme vous le faites, Monsieur le duc, la question, vous préservez l’indépendance de la Suisse, vous conservez sa dignité, et les intérêts de la France ne peuvent pas être compromis.

Quant aux ouvertures qui vous ont été faites, Monsieur le duc, par l’ambassadeur d’Autriche, sur un projet de mariage entre la reine Dona Maria et dom Miguel, et sur la translation des conférences à La Haye, lord Palmerston et moi, nous n’y avons attaché, comme vous le pensez bien, aucune importance.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement