Optimisé pour
Espace de téléchargement







MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

10 FEVRIER 1834







N° 14

Londres, le 10 février 1834

Monsieur le duc,

J’ai reçu la dépêche que vous m’avez fait l’honneur de m’adresser sous le N° 10.

Ma dernière dépêche vous aura prouvé que la Conférence ne s’est pas laisser entrainer hors du terrain où elle doit maintenir la négociation, elle a mis des conditions à la reprise de ses réunions, et elle attendra qu’on remplisse ces conditions, qu’elle a jugées être indispensables. Je considère cette marche comme la meilleure, et je l’ai établi dans la Conférence, ainsi que je vous en ai rendu compte. Je dois être confirmé dans mon opinion parce que M. de Wessemberg profite d’un congé qu’il avait obtenu depuis longtemps, pour aller dans sa famille, où il a des intérêts à régler. Le Roi des Pays-Bas souffre seul de la suspension continue de la négociation. Toutes les correspondances de Hollande démontrent que la lassitude a gagné les esprits, et que le roi commence à épuiser, par une obstination ruineuse au pays, les sentiments de dévouement qui avaient encouragé les premiers sacrifices.

Le gouvernement a reçu aujourd’hui des nouvelles de Lisbonne jusqu’au 2 de ce mois. Elles parlent d’engagements qui ont eu lieu sur plusieurs points entre les troupes de dom Pedro et celles de dom Miguel. Il parait que partout celles-ci ont été battues et que dom Miguel, forcé d’abandonner la position de Santarém, et craignant de ne pouvoir atteindre Coïmbre, devait se retirer vers le midi. Des lettres particulières disent que dom Miguel aurait écrit à la reine Dona Maria une lettre, dont l’objet était de lui faire des propositions d’accommodement ; ceci n’est encore considéré que comme un bruit.

J’ai eu une audience du roi d’Angleterre, dans laquelle je lui ai remis les lettres que leurs majestés le roi et la reine lui ont écrites. Le roi a répondu, aux expressions d’attachement que je lui adressais au nom de LL. MM., par des questions et des assurances pleines d’affection et d’amitié.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement