Optimisé pour
Espace de téléchargement








MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

16 JANVIER 1834







N° 4

Londres, le 16 janvier 1834

Monsieur le duc,

M. Dedel s’est présenté il y a deux jours chez lord Palmerston, et lui a remis des copies des pièces envoyées par le gouvernement des Pays-Bas à Biberich et à Francfort dans le but d’obtenir l’assentiment des agnats de la Maison de Nassau et de la Diète germanique au nouvel arrangement proposé pour le duché de Luxembourg.

Après avoir fait cette communication, M. Dedel a annoncé qu’il avait reçu des instructions de son gouvernement pour reprendre la négociation du traité définitif et a invité lord Palmerston à convoquer la Conférence à cet effet.

Lord Palmerston a répondu à M. Dedel qu’il serait tout prêt à réunir la Conférence si les instructions qu’il avait reçues étaient de nature à amener un arrangement prompt et définitif, et que c’était le motif qui, dans cette occasion, le faisait insister pour savoir si M. Dedel avait les pouvoirs nécessaires pour signer quelques-uns des articles sur lesquels on était à peu près tombé d’accord avant la suspension de la Conférence ; si par exemple, il était en état de signer les quatre paragraphes de l’article IX du traité entre la Hollande et la Belgique.

Sur la réponse de M. Dedel, lord Palmerston a repris qu’il ne croyait pas utile alors de convoquer la Conférence puisqu’il ne pourrait y avoir lieu dans cette réunion qu’à une polémique dont les conséquences ne tendraient qu’à aigrir davantage les esprits, et qu’il lui paraissait plus convenable d’éviter un pareil résultat.

Lord Palmerston a engagé M. Dedel à me voir, convaincu qu’il était que je partagerais son opinion à cet égard, et j’ai effectivement confirmé à M. Dedel lorsqu’il m’en a parlé, l’assurance qui lui avait été donnée.

Lord Palmerston a cependant ajouté à M. Dedel que si quelque autre membre de la Conférence demandait positivement qu’elle se réunit, il s’empresserait d’en faire la convocation ; mais je ne pense pas qu’aucun des plénipotentiaires des trois Cours se mette en avant dans cette circonstance.

Il est bien clair que cette nouvelle démarche du roi des Pays-Bas n’a pas d’autre but que de rejeter sur la Conférence le tort de n’avoir pas voulu reprendre la négociation, mais cet inconvénient me parait beaucoup moins grand que celui de rentrer dans une discussion qui pourrait devenir très orageuse, sans aucune chance d’arriver à une conclusion.

J’ai reçu la dépêche que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 13 de ce mois sous le N° 3.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement