Optimisé pour
Espace de téléchargement











MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

4 SEPTEMBRE 1833







N° 166

Londres, le 4 septembre 1833

Monsieur le duc,

C’est finalement hier 3 que j’ai reçu les dépêches que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 29 et le 31 du mois dernier sous les N° 95 et 96, et dont l’arrivée a été fort retardée par le mauvais temps.

Le marquis de Rezende est arrivé il y a quelques jours à Londres venu du Havre, chargé par S. M. I Madame la duchesse de Bragance chargé de demander à S. M. le Roi d’Angleterre la permission pour elle et pour la Reine Dona Maria de venir attendre en Angleterre les bâtiments portugais qui doivent les conduire à Lisbonne. Le marquis de Rezende, en communiquant le but de sa mission aux ministres anglais, a porté des plaintes très vives sur la manière dont Madame la duchesse de Bragance aurait été reçue au Havre et principalement sur les mauvais traitements que M le duc de Leuchtenberg aurait eu à supporter de la part des autorités du Havre.

Lord Grey, qui m’a entretenu de la mission de M. de Rezende, m’a dit qu’il avait reçu une copie de la protestation faite par M. le duc de Leuchtenberg avant de quitter le Havre, et remise par lui au sous-préfet ; il m’a paru qu’il avait été frappé de la rédaction de cette pièce qu’il n’a pu me montrer, parce qu’il l’avait laissé entre les mains du Roi. Lord Grey a ajouté qu’il avait pris les ordres de S. M. sur la demande faite par Madame la duchesse de Bragance et que le roi lui avait recommandé de faire savoir à M. de Rezende qu’il verrait avec plaisir la reine Dona Maria et l’impératrice en Angleterre et que s’il avait un bâtiment disponible, il l’enverrait au Havre pour qu’elles pussent en faire usage.

Lorsque lord Grey m’a fait la communication dont je viens d’avoir l’honneur de vous faire part, je n’avais point encore reçu votre dépêche du 31, qui renferme des explications sur ce qui s’est passé au Havre, relativement à M. le duc de Leuchtenberg, mais j’ai pu cependant l’assurer qu’il devait y avoir une grande exagération dans les récits de M. de Rezende, qu’il ne paraitrait croyable à personne qu’après un séjour de deux années en France, pendant lesquelles LL. AA. II. Monsieur le duc et Madame la duchesse de Bragance n’avaient pas cessé d’être entourés d’égards et traités de la manière la plus distinguée, on eût eu, au moment de se séparer d’eux des procédés inconvenants qui sont si étrangers à la Cour de France. J’ai retrouvé du reste, dans cette circonstance comme dans plusieurs autres, lord Grey surpris de l’insistance que nous mettons à repousser le duc de Leuchtenberg, et ne voulait pas comprendre qu’il s’agit ici d’une question de dignité pour le Portugal et de tranquillité pour la péninsule entière ; ce sur quoi j’ai toujours particulièrement insisté.

J’ai eu aujourd’hui même avec lord Palmerston une conversation dans laquelle je lui ai parlé de la note qui doit lui être adressée par le gouvernement espagnol au sujet des forts de Lisbonne par des troupes anglaises. Il n’avait pas encore reçu cette note, mais elle lui avait été annoncée au lever du Roi par M. Vial, ministre d’Espagne. J’ai pu cependant saisir cette occasion qui m’était offerte pour lui renouveler les instances que je lui ai déjà faites à diverses reprises sur la nécessité d’un rapprochement entre l’Angleterre et l’Espagne. Je lui ai indiqué qu’en agissant de concert avec le cabinet de Madrid pour empêcher des troubles révolutionnaires dans la péninsule, il rapprocherait de lui les cabinets du continent que des intrigues récentes avaient pu en éloigner ; et qu’il s’assurerait par là une influence profitable pour la paix de l’Europe ; que la meilleure manière de satisfaire l’Espagne en ce moment était de renoncer à l’occupation des forts de Lisbonne, et de repousser sans hésitation l’alliance de Dona Maria avec le duc de Leuchtenberg, qui ne pouvait qu’amener à sa suite la guerre civile en Espagne et en Portugal.

Lord Palmerston a écouté ces observations avec intérêt et m’a donné sa parole de chercher dans la note du cabinet espagnol, aussitôt qu’elle lui serait parvenue, tous les moyens possibles de rentrer avec l’Espagne dans des relations amicales. Il m’a paru qu’il en sentait toute l’importance, et il m’a même assuré, comme M. Aston vous l’avait déjà annoncé, que l’autorisation aux troupes anglaises d’occuper les forts de Lisbonne avait été révoquée, et que lord William Russell avait reçu l’ordre de se conformer aux premières instructions qui lui avaient été transmises et dont vous avez eu connaissance. La dépêche de M. d’Eyragues, que j’ai l’honneur de vous transmettre par le portefeuille de ce jour, vous mettra au courant de tout ce que nous savons de Hollande.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement