Optimisé pour
Espace de téléchargement








MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

17 AOUT 1833







N° 159

Londres, le 17 août 1833

Monsieur le duc,

J’ai reçu ce matin par estafette la dépêche que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire sous le N° 89, et j’ai profité d’un rendez-vous que j’avais aujourd’hui avec lord Palmerston pour l’entretenir des différents objets que vous aviez recommandés à mon attention.

Lorsque je lui ai parlé du voyage du duc de Leuctenberg en Portugal et du projet de mariage avec Dona Maria, qui pouvait être le but de l’empereur dom Pedro en appelant son beau-frère près de lui, lord Palmerston n’a pas hésité à me répondre que l’Angleterre ne pouvait jamais donner son approbation à un tel projet et qu’il adopterait en tout point les considérations que vous avez si bien fait valoir pour que l’Angleterre et la France s’opposassent à son exécution. Il a ajouté qu’il était tout prêt à donner à lord William Russell des instructions qui, quant au fond, seraient telles que vous les indiquez ; la différence qui existe entre la position de la France et de l’Angleterre vis-à-vis du Portugal pourra peut-être les faire différer dans la forme de celles que vous enverrez, mais cela ne doit avoir aucune influence sur le résultat. Vous pourrez convenir de ces instructions avec M. Aston, et les transmettre à l’agent quelconque que vous accréditerez en Portugal. Lord William Russell recevra l’ordre de s’entendre avec cet agent, afin que leurs démarches aient lieu simultanément.

J’ai pu remarquer d’après le langage de lord Palmerston dans cette conversation combien étaient fondées les informations que j’ai eu l’honneur de vous transmettre par ma dépêche d’hier sur le mécontentement qu’inspirait au cabinet anglais la conduite de dom Pedro.

J’ai ensuite donné lecture à lord Palmerston de la dépêche de M. de Rumigny et de celle que vous avez adressez à MM. de Saint-Aulaire et Bresson, dont vous aviez bien voulu m’envoyer des copies. Il a été tellement frappé de la justesse des observations et des principes, développés dans cette dernière, qu’il m’a prié de la lui laisser, parce qu’il veut, m’a-t-il dit, employer les expressions qui s’y trouvent en écrivant à ce sujet à lord Minto et à sir Frédéric Lamb, ainsi qu’à M. Morier. Il est bien décidé à nous appuyer dans la ligne de conduite que vous avez adoptée à l’égard des affaires de la Suisse, et il pense, comme vous, que c’est avec de la modération et de la fermeté qu’on peut espérer de ramener la tranquillité dans ce pays. Le langage de M. Kess lui a fait beaucoup d’impression.

Il me reste, Monsieur le duc, à répondre à la partie de votre dépêche qui se rapporte à la rédaction de celui des articles réservés qui, dans le traité entre les Pays-Bas et la Belgique, soumet la navigation de l’Escaut depuis le fort de Bathz jusqu’à Gorcum au tarif de Mayence.

Lors de la discussion de cet article la Conférence a éprouvé les plus grands embarras, parce que, si d’une part elle tenait à faire jouir la Belgique de la navigation de l’Escaut oriental, aussi bien que celle de l’Escaut occidental, elle a été frappé cependant des observations fondées qui lui ont été soumises par les plénipotentiaires néerlandais sur les facilités qu’offrirait pour la contrebande la rédaction qui a été proposée par la Belgique. Nous avons donc voulu chercher un biais en rédigeant l’article, tel qu’il vous a été transmis par moi ; mais je puis vous dire que, comme vous, nous ne le trouvons pas bien rédigé et qu’il subira des changements.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement