Optimisé pour
Espace de téléchargement








MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

24 JUIN 1833







N° 131

Londres, le 24 juin 1833

Monsieur le duc,

J’ai reçu la dépêche que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire le 20 de ce mois sous le N° 73.

Je ne puis pas encore savoir jusqu’à quel point sont fondées les conjectures exposées par M. Bresson dans la dépêche dont vous m’avez l’honneur de m’adresser une copie. Les dernières lettres de Berlin arrivées ici ne tendent pas à les fortifier ; M. Ancillon continuait à s’exprimer de manière à nous maintenir dans l’espoir que le cabinet prussien veut en finir, et qu’il agit dans ce sens près du gouvernement des Pays-Bas. La mission du prince Frédéric ne paraissait n’avoir produit aucun changement à ce sujet sur l’opinion de S. M. le Roi de Prusse, ni sur celle de son gouvernement. Ce prince a du même être chargé de faire comprendre au Roi son père combien de nouveaux délais seraient contraires à ses intérêts.

Je communiquerai à lord Palmerston la lettre de notre consul à Odessa, et je saurai par lui si elle s’accorde avec les nouvelles qu’il aura reçues sans doute aussi du consul anglais dans cette résidence.

Je ne me trompais pas, Monsieur le duc, en prévoyant les inconvénients graves que pourrait avoir la discussion sur Alger dans la chambre des Députés. Il aurait été bien plus préférable à mon avis, et bien plus dans les vrais intérêts de la France de paraître attacher moins d’importance à la possession de ce territoire, de le représenter par exemple comme un lieu de transportation qui nous manque, et d’éviter par là des explications catégoriques dont le retentissement va se faire sentir d’une manière bien gênante ici.

Ce ne sera pas un des moindres embarras du cabinet anglais, qui en ce moment en éprouve de plus d’un genre, et qui s’inquiète très vivement des interpellations qu’on ne manquera pas de lui faire à cette occasion.

Vous aurez pu juger, Monsieur le duc, par les débats des deux chambres du Parlement, que la situation du ministère anglais était devenue extrêmement difficile. La discussion du Bill sur les biens de l’église en Irlande, qui dure depuis plusieurs jours à la chambre des Communes a révélé la force des deux fractions de la chambre, dont l’union pourrait être fatale au ministère. On assure aujourd’hui que les Tories persisteront à repousser du Bill les articles qui lui ont valu les faveurs des membres irlandais, et qu’en même temps ces derniers rejetteront le Bill, parce que la clause la plus importante à leurs yeux en a été retranchée sur la proposition de M. Stanley. Ce ministre aurait, dit-on, obtenu, à grand peine, cette concession de la part de quelques membres du cabinet ses collègues.

Au milieu de ce conflit le cabinet cherchera sans doute des moyens de conciliation ; s’il ne parvenait pas promptement à les trouver, il serait exposé à perdre la majorité dans la chambre des Communes quelques jours après l’avoir perdue à la chambre des Pairs sur la question de Portugal. Un tel état de choses ne peut pas se prolonger et nous devons être bientôt éclairés sur ses résultats.

Je n’ai pas besoin de vous dire, Monsieur le duc, que je ne me suis pas écarté un instant du rôle d’observateur neutre entre tous les partis ; c’est celui qui m’a paru toujours convenir à ma position, et j’ose croire que les intérêts du gouvernement du Roi n’en ont pas soufferts.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement