Optimisé pour
Espace de téléchargement







MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

13 JUIN 1833







P>N° 127

Londres, le 13 juin 1833

Monsieur le duc,

J’ai reçu ce matin la dépêche que vous m’avez fait l’honneur de m’écrire sous le N° 68.

J’ai appris sans surprise, par la lettre de M. Latour-Maubourg que vous avez bien voulu me communiquer, que les Belges cherchaient déjà à susciter de nouvelles difficultés ; nous sommes habitués depuis le commencement de la négociation à les voir se montrer animés d’un esprit de défiance qui ne peut retarder tout arrangement. Le gouvernement du Roi est trop éclairé sur ce point pour se laisser abuser par des plaintes non fondées ; et vous avez parfaitement raison de faire repousser les prétentions exagérées du gouvernement belge par le ministre de France à Bruxelles.

L’article 3 de la convention du 21 mai me parait devoir donner lieu à des explications. Je n’ai pas encore d’opinion arrêtée sur ce qu’il y aurait de mieux à faire à cet égard, mais j’en parlerai à lord Palmerston, et nous arriverons, j’espère aux moyens d’y pourvoir.

Quant à l’arriéré de la quote-part des Belges dans la dette, c’est une question qui appartient entièrement au traité définitif, et il est facile d’éluder toute explication avec le cabinet de Bruxelles sur ce point, puisqu’il ne peut être résolu que par les cinq Puissances.

On a reçu aujourd’hui des lettres de Lisbonne, qui annonce que l’infant don Carlos a refusé de s’embarquer à bord du bâtiment espagnol qui devait le conduire à Civitta Vecchia ; il parait que ce prince a quitté Lisbonne la nuit, pour se rendre avec sa famille à une habitation située dans l’intérieur du Portugal. Il a laissé tous ses gens dans la capitale.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement