Optimisé pour
Espace de téléchargement








MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

11 JUIN 1833







N° 126

Londres, le 11 juin 1833

Monsieur le duc,

Lord Palmerston a reçu hier de Constantinople des nouvelles qu’il a bien voulu me communiquer. Lord Ponsomby lui écrit que dans une entrevue qu’il avait eue avec le comte Orloff, celui-ci lui avait donné les assurances les plis positives et les plus satisfaisantes de la volonté de l’empereur Nicolas de rappeler les troupes russes de Constantinople aussitôt après la retraite d’Ibrahim Pacha.

Ces assurances ont été répétées de tant de côtés maintenant qu’il me parait impossible qu’on ne les regarde pas comme fondées. Le cabinet russe est trop habile pour ne pas comprendre qu’une affaire comme la destruction de l’empire ottoman ne se fait pas par un coup de main. Le moment d’un partage n’est point encore venu, et les cabinets prudents qui peuvent le prévoir ont le temps de s’y préparer. La Russie a cette fois-ci gagné une grande force morale en accoutumant les Turcs à la présence des soldats russes, et elle s’en tiendra là pour le moment. La Pologne ne témoigne que très bien de la marche graduée que sait employer la politique russe dans les affaires qui paraissent même l’intéresser davantage.

Lord Ponsomby tend aussi compte à lord Palmerston d’une démarche de l’amiral Roussin près de la Porte ottomane, qui ne parait pas avoir eu le mérite de l’à-propos ; il s’agit de la demande faite par l’ambassadeur de France de laisser entrer l’escadre française dans le Bosphore au moment même où l’ambassadeur de Russie prenait l’engagement de faire rappeler les troupes russes après la retraite d’Ibrahim. J’éprouve du regret de ce que cette démarche ait été faite, car dans tous les cas on peut trouver qu’elle a été faite trop tôt ou trop tard. Du reste vous aurez été déjà informé sans doute, Monsieur le duc, que lord Ponsomby avait engagé l’amiral Roussin à retirer sa demande.

On a reçu ici le discours du roi Léopold dans lequel on a remarqué plus d’exigences pour l’avenir que de satisfaction du présent.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement