Optimisé pour
Espace de téléchargement








MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13




RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS










LETTRE

DU PRINCE DE TALLEYRAND

AU

DUC DE BROGLIE

MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

EN DATE DU

10 JUIN 1833







N° 125

Londres, le 10 juin 1833

Monsieur le duc,

J’ai reçu la dépêche que vous m’avez fait l’honneur de m’adresser sous le N° 67.

M. Dedel a fixé son départ à après demain mercredi ; il est persuadé que son absence ne sera que de quelques jours et que son rappel à La Haye n’est que la conséquence de la demande qu’il avait faite lui-même d’aller chercher des instructions, dans le cas où le Roi voudrait le charger de la négociation du traité définitif ; c’est dans ce sens du moins qu’il interprète la dépêche de M. le baron Verstolk.

Vous verrez par la lettre de M. d’Eyragues que j’ai l’honneur de vous transmette aujourd’hui que le prince Frédéric est parti inopinément pour Berlin. Je ne connais pas le but précis de ce voyage, mais j’ai appris quelques-unes des circonstances qui l’ont précédé et qui indiquent clairement que le prince est chargé d’une mission diplomatique ; je sais que le roi des Pays-Bas avait proposé à son conseil d’envoyer M. le baron de Zuylen à Berlin, et que le conseil n’avait point approuvé ce choix ; qu’alors le roi aurait proposé le général R. Fagel, qui a longtemps résidé à Paris, et que celui-ci n’avait pas voulu accepter le mission qui lui était offerte, et que c’était à la suite de ces deux refus que le roi se serait décidé à faire partir le prince Frédéric. Ces informations sembleraient donner quelque fondement au bruit qui s’était déjà répandu à La Haye que le prince allait demander au cabinet de Prusse que la négociation pour le traité définitif fût transporté à Berlin. Vous jugerez mieux que moi, Monsieur le duc, si le roi Guillaume en faisant cette démarche est dirigé par l’espoir d’obtenir de meilleures conditions à Berlin qu’à Londres, ou seulement par la volonté de traîner la négociation en longueur. M. Bresson ne tardera pas sans doute de vous fournir à cet égard des renseignements certains.

Dans mes dépêches N° 13 et 54, du 26 octobre 1832 et du 20 janvier dernier, j’ai eu l’honneur de vous faire connaitre toute l’importance que le ministère anglais mettait à voir bientôt des modifications introduites dans notre système de douanes. J’ai depuis cette époque été souvent pressé sur ce point par presque tous les membres du cabinet, et hier lord Granville et M. Georges Villers sont venus chez moi pour me recommander instamment de vous en écrire ; ils m’ont dit qu’ils tenaient à ce que je fisse bien comprendre l’intérêt qu’on attachait ici à ce que le projet déjà présenté aux chambres fut promptement livré à la discussion. J’ai dû leur répondre qu’il n’avait pas dépendu du gouvernement français de hâter cette discussion ; qu’ils savaient eux-mêmes combien in avait éprouvé de difficulté à obtenir une seconde session, et quel était le désir des députés de la rendre aussi courte que possible. Ils ont insisté pour qu’au moins la discussion commençât dans cette session-ci, afin qu’elle pût être reprise dès le commencement de la prochaine. J’ai promis de vous écrire dans ce sens, et je vous serai obligé, Monsieur le duc, dans votre premier entretien avec lord Granville qui part aujourd’hui ou demain pour retourner à Paris, de l’assurer que j’ai rempli ma promesse.

Agréez, Monsieur le duc, l’assurance de ma haute considération.

Ch. Mau. TALLEYRAND.

******************************************


MAE - ARCHIVES DE NANTES - AMBASSADE DE LONDRES - SERIE K - CARTON 13










RETOUR A LA PAGE D'ACCUEIL / HOME PAGE
RETOUR AU CHAPITRE I : BIOGRAPHIE
RETOUR AU CHAPITRE II : ECRITS
RETOUR AU CHAPITRE III : TRAITES
RETOUR AU CHAPITRE IV : TEXTES, MEMOIRES ET OPINIONS
RETOUR AU CHAPITRE V : REPRESENTATIONS
RETOUR AU CHAPITRE VI : COLLECTION COMBALUZIER
RETOUR AU CHAPITRE VII : DOCUMENTS ET CARTES POSTALES
RETOUR AU CHAPITRE VIII : EVENEMENTS CONTEMPORAINS





© EX-LIBRIS réalisé pour ma collection par Nicolas COZON - Gravure au Burin sur Cuivre
Tirage réalisé par les Ateliers CAPPELLE à Sannois - Val d'Oise -
Remerciements à Hélène NUE




" Quaero, Colligo, Studeo "









Pierre COMBALUZIER - 64000 PAU - FRANCE - 1997
Membre fondateur
de l'Association " Les Amis de TALLEYRAND "




Optimisé pour
Espace de téléchargement